FAQ WebmarketingConsultez toutes les FAQ

Nombre d'auteurs : 5, nombre de questions : 34, dernière mise à jour : 30 mars 2017 

 
OuvrirSommaireJuridique

NON ! Cette méthode est à proscrire, sauf si vous êtes le détenteur de cette marque.

Les méta balises, en particulier les balises Keywords et Description, permettent de spécifier aux moteurs de recherche sur quels mots clés indexer vos pages. Ce sont sur ces mots clés que les internautes sont susceptibles de trouver votre site lors d'une recherche. La règle générale est de choisir des mots se rapportant aux thèmes traités dans la page, en partant des mots clés généraux pour arriver à des termes plus précis et spécifiques.

L'expérience montre que certains webmasters peu scrupuleux utilisent des mots clés qui n'ont aucun lien avec le sujet traité dans leurs pages. Ils utilisent des mots clés très utilisés comme free, sex, pamela, voyage, etc. mais aussi des noms de marques, voire même les noms de leurs concurrents directs en vue d'apparaître en bonne position dans les pages de résultats des moteurs de recherche. Cette pratique a fait l'objet de nombreux contentieux devant les tribunaux qui ont jugé que cela était du parasitage et de la concurrence déloyale. Cette pratique est aussi qualifiée de contrefaçon de marque et de détournement de clientèle. Les moteurs de recherche modernes disposent tous de moyens pour détecter ce genre de pratique.

Il est important de rappeler qu'aux termes de l'article L 713-3 b du code de la propriété intellectuelle, "l'imitation d'une marque et l'usage d'une marque imitée pour des produits ou services identiques ou similaires à ceux désignés dans l'enregistrement sont interdits s'il peut en résulter un risque de confusion dans l'esprit du public."

Créé le 4 mai 2004  par Hugo Étiévant

Lien : Legalis.net, la jurisprudence de l'Internet

NON !

Certaines pratiques sont abusives :
  • Établir des liens hypertextes vers des fichiers illégaux (musique mp3, films divx, logiciels crackés) même si vous n'hébergez pas vous-même ces fichiers. Vous vous rendriez coupables de complicité de violation de droits d'auteurs ;
  • Établir des liens hypertextes vers des contenus illégaux (xénophobes, pédophiles, promotion des drogues...) même si vos propres textes les condamnent ;
  • Établir un lien vers une page d'un autre site de manière à ce qu'elle apparaisse dans un cadre de votre système de frames. Ceci fait croire à l'internaute que cette page fait partie intégrante de votre site alors qu'elle fait partie d'un autre site. Pour éviter tout ennui, expliquez en toutes lettres que la page qui s'affiche ne vous appartient pas et citez le nom du site ainsi que l'URL de la page d'accueil. Pour les liens profonds, c'est-à-dire les pages non accessibles directement depuis la page d'accueil, il est nécessaire d'obtenir l'autorisation du webmaster. Sinon, de tels liens sont considérés comme une action déloyale, parasitaire dénaturant l'image du site cible et une appropriation du travail d'autrui.
Créé le 4 mai 2004  par Hugo Étiévant

Lien : Référencement illicite

En théorie non, parce que normalement on doit demander l'autorisation du site cible pour faire tout lien. Or, le site cible va sans doute conseiller de ne jamais faire de lien sur le téléchargement lui-même (FTP par exemple), mais sur la page (HTTP) qui propose le téléchargement chez eux. En effet, si on fait un lien directement vers le fichier, c'est considéré comme du "leeching", c'est-à-dire que l'on squatte les ressources FTP d'un serveur qui n'est pas à nous, sans faire bénéficier du site cible des bénéfices attendus de cette opération (publicité, stats, recrutement, etc.).

Dans la pratique, si l'on fait un lien direct vers le FTP d'un éditeur de logiciels, par exemple un logiciel en version démo, soit ils ne s'en rendent pas compte, soit ils le prennent bien car on leur génère du trafic. Si on veut faire les choses "bien", et être bien vu, il faut faire un lien vers la page de téléchargement et non le fichier FTP. Par contre, si on le fait sur un site d'information et si c'est découvert, cela sera sans doute très mal pris et ils peuvent de demander de retirer ce lien, auquel cas nous serions dans l'obligation de le retirer. Dans le pire des cas, il sont en droit de faire constater l'infraction par un huissier et faire un procès (mais ce n'est pas très courant).

Créé le 22 octobre 2006  par Marc Lussac

La CNIL est la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés. C'est une autorité administrative indépendante chargée de veiller à la protection des données personnelles.

La déclaration de votre site à la CNIL est obligatoire si et seulement si vous stockez des informations nominatives. Ces informations peuvent être les suivantes :

  • Nom ;
  • Adresse e-mail ;
  • Adresse postale ;
  • Adresse IP ;
  • Numéro de sécurité sociale ;
  • Numéro de téléphone ;
  • Toute autre information permettant d'identifier une personne, même indirectement.

La déclaration à la CNIL doit avoir lieu avant la mise en oeuvre du fichage de ces informations nominatives. L'article 16 de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 dit ceci : "les traitements automatisés d'informations nominatives [...] doivent, préalablement à leur mise en oeuvre, faire l'objet d'une déclaration auprès de la Commission nationale de l'informatique et des libertés".

La CNIL met à disposition sur son site web un formulaire de déclaration simplifiée pour les traitements de données personnelles mis en ?uvre dans le cadre d'un site internet.

Créé le 4 mai 2004  par Hugo Étiévant

Lien : CNIL

  

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2004 Developpez.com Developpez LLC. Tous droits réservés Developpez LLC. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents et images sans l'autorisation expresse de Developpez LLC. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.