IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google confirme qu'il va désactiver les cookies tiers dans Chrome à partir du premier trimestre de 2024
Les remplaçant par un nouveau système de publicité ciblée

Le , par Stéphane le calme

44PARTAGES

6  0 
Google a entamé les formalités de suppression progressive des cookies tiers de Chrome qui commencera dès le premier trimestre 2024, signalant le début de la fin de la publicité en ligne traditionnelle sur le navigateur. Cette initiative vise à remplacer les cookies tiers, qui sont utilisés pour suivre les internautes sur le web et leur proposer des publicités ciblées, par des solutions plus respectueuses de la vie privée et de la sécurité. Ce sera un petit pas, puisque seulement 1% des navigateurs Chrome seront débarrassé initialement leurs cookies tiers. Cela reste un nombre important, étant donné les estimations d'environ 3 milliards d'utilisateurs de Chrome. Et en tout état de cause, il s’agit d’une étape importante qui marque une transition majeure pour l’économie d'Internet.

Les cookies tiers sont des fichiers créés par un site web différent de celui que l’on visite, et qui permettent à ce site ou à des réseaux publicitaires ou sociaux de collecter des informations sur les préférences, les intérêts et le comportement des internautes. Ces informations sont ensuite utilisées pour personnaliser les contenus ou les annonces affichés sur les sites web visités. Les cookies tiers sont généralement considérés comme une nuisance qui érode la vie privée et la transparence des internautes.

Google propose de remplacer les cookies tiers par des API (interfaces de programmation) qui font partie du Privacy Sandbox. Ces API permettent aux sites web de demander à Chrome une liste de centres d’intérêt des internautes, basée sur leur historique de navigation, et de leur proposer des contenus ou des annonces adaptés. Ainsi, au lieu d’utiliser des cookies tiers pour suivre les internautes sur le web, les sites et les réseaux publicitaires peuvent simplement demander au navigateur directement.

Google a communiqué sur son calendrier de destruction des cookies tiers en mai et a confirmé ce calendrier le mois dernier. Ce mois-ci, l'entreprise a rappelé qu'elle prévoit de s'attaquer à 1% des cookies tiers début 2024 et, à partir du troisième trimestre de cette année-là, d'amorcer la suppression progressive des cookies tiers sur un spectre plus large.

Citation Envoyé par Google
Nous avons l'intention de déprécier et de supprimer l'accès par défaut aux cookies tiers (c'est-à-dire intersites) dans le cadre de la chronologie Privacy Sandbox pour le Web, en commençant par une période de test initiale de 1 % au premier trimestre 2024, suivie d'une suppression progressive prévue pour commencer au troisième trimestre 2024 après consultation de la CMA. (L’élimination progressive est soumise à la résolution des problèmes de concurrence restants de l’Autorité britannique de la concurrence et des marchés.)

La suppression progressive des cookies tiers (3PC) est un effort central de l'initiative Privacy Sandbox, qui vise à réduire de manière responsable le suivi intersites sur le Web (et au-delà) tout en prenant en charge les cas d'utilisation clés grâce aux nouvelles technologies. Notre plan de suppression progressive a été élaboré avec l'Autorité britannique de la concurrence et des marchés, conformément aux engagements que nous avons proposés pour Privacy Sandbox pour le Web.

Une évolution dans le fonctionnement traditionnel d'Internet

Depuis 2019, après qu’il est devenu clair que les règles européennes en matière de protection des données nécessiteraient de repenser le fonctionnement des publicités en ligne, Google a créé un ensemble d’API de technologie publicitaire ostensiblement préservant la confidentialité, connues sous le nom de Privacy Sandbox. L'objectif déclaré de cette boîte à outils est d'atténuer les problèmes de confidentialité persistants tels que le suivi intersites et le fingerpinting du navigateur tout en préservant la capacité de diffuser des publicités ciblées.

L'un des éléments du Privacy Sandbox est l'API Topics. Lorsqu’un utilisateur visite un site qui utilise la Topics API pour la publicité, le navigateur partage trois de ses intérêts avec le site et ses partenaires publicitaires, en choisissant « un intérêt parmi chacune des trois dernières semaines ». Selon la page GitHub de la Topics API, il existe actuellement environ 350 sujets disponibles dans sa taxonomie publicitaire (bien que Google prévoie d’en ajouter « quelques centaines » à « quelques milliers » à terme). Google précise que les sujets n’incluent aucune catégorie « sensible » comme le genre ou l'origine ethnique. Et si vous utilisez Chrome, la société prévoit de créer des outils pour vous permettre de consulter et de supprimer les sujets, ainsi que de désactiver la fonctionnalité.

Comme l’a observé Johann Hofmann, ingénieur logiciel principal de Google, l’élimination progressive des cookies tiers et le passage à la technologie Privacy Sandbox (du moins dans Chrome) constituent un changement significatif par rapport au statu quo.

« En tant que l'un des changements les plus impactants apportés à la plate-forme Web depuis longtemps, la dépréciation des cookies tiers et l'introduction d'API alternatives ont reçu de nombreux commentaires utiles de la part des développeurs Web, au point qu'il est impossible de les résumer en quelques phrases », a déclaré Hofmann.

« Comme décrit dans le résumé, Privacy Sandbox veut garantir qu'un Web dynamique et librement accessible puisse exister même si nous déployons de solides protections des utilisateurs et nous continuerons à travailler avec les développeurs Web pour comprendre leurs cas d'utilisation et fournir les droits (préservation de confidentialité) des API ».


... qui n'a pas manqué de soulever quelques inquiétudes chez les régulateurs

L'impact du remplacement des fondements techniques de la publicité sur Internet alors que les spécialistes du marketing continuent de faire des affaires sur place n'a pas été ignoré par les régulateurs, qui ont tenté de garantir que Google établisse des règles du jeu équitables. Ainsi, Google a accepté de prendre des engagements spécifiques auprès de l'Autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) afin d'apaiser les craintes que le Privacy Sandbox ne devienne une zone de destruction pour les concurrents.

L'un des problèmes soulevés est que les annonceurs qui s'appuyaient auparavant sur des cookies tiers disposeront de beaucoup moins de données pour prendre des décisions, tandis que Google continuera à avoir un aperçu des activités en ligne, car de nombreuses personnes utilisent Chrome lorsqu'elles sont connectées à leurs comptes Google. Bien qu’il semble peu probable que les organismes de surveillance veuillent garantir que tous les spécialistes du marketing opèrent à partir d’un niveau égal de richesse informationnelle, les concurrents ont une occasion unique de paralyser la grande enseigne de la publicité en tirant la sonnette d'alarme tandis que Google est aux prises avec les autorités avec ses procès et enquêtes antitrust à travers le monde.

Lukasz Olejnik, chercheur indépendant en matière de confidentialité, a déclaré que la suppression progressive des cookies marque « une évolution conceptuelle et architecturale substantielle, avec la considération de la confidentialité en son cœur ».

« Cette migration de système à grande échelle constitue un défi de grande importance. Elle déploie des changements améliorant la confidentialité dans la technologie publicitaire et dans l'écosystème publicitaire », a déclaré Olejnik. « Ce système est néanmoins fragile. Son analyse est complexe. Et toutes les implications de la migration ne sont pas encore pleinement apparentes ».

Olejnik a déclaré que même si l'on peut affirmer que les navigateurs Web, notamment Safari et Firefox, ont déjà géré les cookies tiers, Chrome dispose d'une base d'utilisateurs beaucoup plus large.

« Le fait que la migration de Chrome ait été soigneusement examinée par les régulateurs de la concurrence en Australie, dans l'Union européenne et, plus particulièrement, par l'Autorité britannique de la concurrence et des marchés, qui est devenue de facto un régulateur mondial de la technologie et de la concurrence dans ce cas particulier, a une conséquence prosaïque ».

« En effet, l'enquête de l'UE ajoute à l'incertitude, tout comme les périodes de statu quo définies dans le processus de la CMA et les décisions soumises à l'approbation de la CMA. C'est aussi pourquoi la migration ne concerne pas seulement les logiciels et la normalisation. C'est aussi une question de réglementation. C'est en effet un territoire bien réglementé, soumis aux lois sur la concurrence et la protection des données ».

Olejnik a déclaré que l'élimination progressive des cookies tiers est une première étape nécessaire et qu'il ne serait pas surprenant que l'effort prenne plus de temps que prévu et se prolonge jusqu'en 2025. Il prévoit également que certaines des API Privacy Sandbox pourraient nécessiter des affinements supplémentaires et que certaines formes de suivi pourraient donc persister un peu plus longtemps.


VP de Brave Software : « Chrome a les pires protections de confidentialité de tous les principaux navigateurs »

Peter Snyder, vice-président de l'ingénierie de la confidentialité chez Brave Software, qui fabrique le navigateur Brave, a déclaré que le remplacement des cookies par Privacy Sandbox restait problématique en ce qui concerne Brave.

« Le remplacement des cookies tiers par Privacy Sandbox ne changera rien au fait que Google Chrome offre les pires protections de confidentialité de tous les principaux navigateurs, et nous sommes très préoccupés par leurs projets à venir », a-t-il déclaré. « La suppression progressive des cookies tiers par Google s'accompagne d'un grand nombre d'autres changements qui, pris ensemble, nuisent gravement aux progrès réalisés par les autres navigateurs vers un Web axé sur l'utilisateur et protégeant la vie privée ».

« Les modifications récentes de Google Chrome limitent la possibilité pour les utilisateurs de modifier, de rendre privée et de renforcer leur expérience Web (Manifeste v3), de diffuser les intérêts des utilisateurs sur les sites Web qu'ils visitent (Topics), de supprimer les limites de confidentialité sur le Web (Related Sites), de décharger les coûts épuisants des enchères publicitaires sur les utilisateurs (API FLEDGE/Protected Audience) et la réduction du contrôle des utilisateurs et de la transparence du Web (Signed Exchange/WebBundles) », a expliqué Snyder. « Et ceci n'est qu'une petite liste d'exemples parmi une liste beaucoup plus longue de modifications nuisibles apportées à Chrome ».

Snyder a déclaré que Google prétendait considérer la suppression des cookies tiers comme une mesure sérieuse en matière de confidentialité, mais il a soutenu que la vérité était le contraire.

« D'autres navigateurs ont montré qu'un Web plus privé et plus au service des utilisateurs est possible », a-t-il déclaré. « La suppression par Google des cookies tiers devrait être plus précisément comprise comme le plus petit changement possible qu'il peut apporter sans nuire à la véritable priorité de Google : sa propre activité publicitaire ».

Sources : Google (1, 2, 3), CMA britannique

Que pensez-vous de la décision de Google de supprimer les cookies tiers dans Chrome ? Est-ce une bonne ou une mauvaise chose pour la confidentialité des utilisateurs et pour l’écosystème du web ?
Quels sont les avantages et les inconvénients des alternatives proposées par Google, comme le Privacy Sandbox ? Pensez-vous qu’elles sont suffisantes pour remplacer les cookies tiers ?
Comment les éditeurs, les annonceurs et les courtiers en données vont-ils s’adapter à ce changement majeur ? Quels sont les défis et les opportunités qu’ils vont rencontrer ?
Quel est le rôle des régulateurs et des législateurs dans ce processus ? Comment peuvent-ils garantir que les normes de concurrence et de confidentialité sont respectées ?
Quel impact ce changement aura-t-il sur votre expérience en ligne ? Allez-vous continuer à utiliser Chrome ou envisager d’autres navigateurs ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de fodger
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 05/01/2024 à 12:03
Trop lourd à mettre en œuvre, ça sent le bide niveau adoption on va pas faire plaisir à google et se casser le cul pour eux.

Le cookie est imparfait mais à le mérite de fonctionner partout et c'est très simple à mettre en œuvre.
4  0 
Avatar de weed
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/01/2024 à 20:56
Je peux comprendre que cela peut améliorer la vie privée mais uniquement vis à vis des annonceurs qui n'ont plus de donnée unitaire des internautes.

Mais qui classe dans les catégories ? N'est ce pas Google ? Donc en terme de vie privée vis à vis de Google, je ne pense pas que cela soit mieux.
L'idéal serait que l'orchestreur soit une entité indépendante. Et là, cette solution serait en effet pas mal du tout. Mais tel que je comprends, ce ne sera pas le cas.

Si on veut de la vie privée, on ne mets pas tout ses oeufs dans le même panier ....
3  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/01/2024 à 8:07
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Les cookies tiers se sont avérés nocifs pour la vie privée
Surtout l'utilisation qu'on en fait
c'est pourquoi Google, [...], a préparé une série d’API (interfaces de programmation d’applications) qui font partie de son initiative Privacy Sandbox.
Dont l'objectif final de Google est toujours d'en faire une utilisation nocive pour la vie privée.
Et selon le chercheur en confidentialité Dr Lukasz Olejnik, Google a plus ou moins atteint son objectif avec Protected Audience.
[...]Et son évaluation de Protected Audience, anciennement connu sous le nom de FLEDGE, est « qu'il est possible d'utiliser ce système d'une manière conforme à la législation européenne sur la protection des données ».
On peut dire que ce Dr Olejnik n'est pas très convaincant, Google atteint-il plutôt plus ou plutôt moins son objectif?
Il est possible d'utiliser le système de manière conforme mais ne pouvait-on pas aussi utiliser les cookies tiers de manière conforme?
Il est possible d'utiliser le système de manière conforme mais n'est il pas possible d'utiliser le système de façon non conforme?
Si les réponses sont moins, oui et oui alors je ne vois pas où est l'avancée réalisée par Google.
évitant ainsi la nécessité de présenter une demande de consentement en vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD) européen
Donc on a potentiellement un système qui n'est pas mieux qu'avant mais qui permet de contourner le RGPD. Nous voilà bien
Citation Envoyé par weed Voir le message
Si on veut de la vie privée, on ne mets pas tout ses oeufs dans le même panier ....
Surtout quand le panier est l'un des spécialistes de la récolte et l'analyse de données privées.
3  0 
Avatar de weed
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 29/11/2023 à 13:10
Que pensez-vous de la décision de Google de supprimer les cookies tiers dans Chrome ? Est-ce une bonne ou une mauvaise chose pour la confidentialité des utilisateurs et pour l’écosystème du web ?
Très mauvaise chose pour la vie privée. Je dirais que Chrome veut se donner une certaine image comme défenseur de vie privée en tapant sur les annonceurs.

Normalement si on veut privée, on évite de mettre tout ses oeufs dans le même panier, et là, tel que je comprends, cela va être tout l'inverse. Chrome va piocher dans l'historique de navigation de l'internaute pour indiquer au site, aux annonceurs dans quelle catégorie positionner l'internaute.

Google se donne une image de justicier. Et bien entendu tout ses infos utilisées pour aiguiller annonceurs peuvent être utilisés en interne par Google mais on en sait rien.

Google ne fait pas qu'un navigateur, mais propose de multiple service pour la voiture, pour la TV, Google Search sur iPhone/Android/PC, ... autant d'information qu'il pourra regrouper avec l'historique de Chrome.

Si on veut un peu de vie privée, on essaie de diversifier au maximum.

Comment les éditeurs, les annonceurs et les courtiers en données vont-ils s’adapter à ce changement majeur ? Quels sont les défis et les opportunités qu’ils vont rencontrer ?
A voir si Google l'inclut un jour dans le moteur Blink mais dans tous les cas, les annonceurs auront malheureusement pas trop le choix vu la part de marché.

Quel est le rôle des régulateurs et des législateurs dans ce processus ? Comment peuvent-ils garantir que les normes de concurrence et de confidentialité sont respectées ?
En effet Il en faudrait un, totallement autonome de Google.

Quel impact ce changement aura-t-il sur votre expérience en ligne ? Allez-vous continuer à utiliser Chrome ou envisager d’autres navigateurs?
Cela fait un petit moment que j'ai pour principe de ne pas mettre tout mes oeufs dans le même panier, et donc d'utiliser un navigateur hors Chrome, et hors Blink. Je ne suis pour le moment pas concerné.
1  0 
Avatar de Christian_B
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 08/01/2024 à 13:14
Citation Envoyé par schlebe Voir le message
Il est vraiment temps que nos élus européens légifèrent la gratuité des produits informatiques qui, en réalité, ne sont nullement gratuit.
Si vous recevez "gratuitement" votre journal car vous êtes abonné à un fournisseur d'internet qui offre cette option gratuitement, il faut que vous soyez protéger comme un client normal.
Je voudrais contester (ou nuancer) la trop grande généralité et simplicité de cette proposition.

Ce qui est dit est évidemment juste pour Google et autres sociétés commerciales.
Souvent, "gratuit" (sans autre information) signifie effectivemnt promotionnel, piégé d'une façon ou d'une autre etc.

Mais il y a beaucoup de logiciels, y compris excellents, qui sont effectivement gratuits (et sans piège), même si le terme "gratuit" n'est pas forcément employé.
C'est évidemment le cas des logiciels libres mais aussi de certains logiciels propriétaire "open source".

Notamment les Unix BSD (de l'université Bethesda), évidemment.
Mais aussi diverses applications.
Personnellement, celle qui me rend les plus grands services est CherryTree (de giuspen).
Mais on pourrait sans doute en trouver pas mal d'autres.

Je pense qu'une formulation qui n'en tient pas compte pourrait prêter à confusion pour les personnes peu informées de ces questions.
Certains pourraient en conclure qu'il faut absolument "cracher au bassinet" pour avoir quelque chose.
Ce qui pourrait conforter involontairement la logique de Microsoft, Apple, Google et autres.
0  0