IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook oblige les Européens à choisir : payer 10 € par mois pour une expérience sans pistage ni publicité ou les accepter pour continuer à utiliser le site gratuitement

Le , par Mathis Lucas

7PARTAGES

6  0 
Meta apporte une réponse inédite à la récente évolution de la réglementation de l'UE en matière de publicités personnalisées. L'entreprise confronte désormais les Européens à deux choix : soit ils souscrivent un abonnement payant qui leur offre une expérience sans pistage ni publicité sur Facebook et Instagram, soit ils consentent au traitement de leurs informations à des fins de publicité personnalisée pour continuer à utiliser gratuitement les plateformes. Selon les experts, non seulement la mise à jour de Meta oblige les Européens à payer non seulement pour un semblant de vie privée, mais elle pourrait également mettre à rude épreuve la capacité de l'UE à contrôler les Big Tech.

Meta introduit un modèle de tarification pour ses utilisateurs basés en Europe

Depuis le début du mois, les utilisateurs de Facebook basés dans l'Espace économique européen (EEE), dans l'Union européenne (UE) et en Suisse sont soumis à une nouvelle politique de confidentialité sur Facebook et Instagram. Cette nouvelle politique, qui change radicalement la façon dont les deux plateformes ont fonctionné en Europe jusqu'à présent, indique aux utilisateurs : « dans la région européenne, vous pouvez vous abonner pour utiliser nos produits sans publicité, ou vous pouvez les utiliser gratuitement avec des publicités. Nous avons mis à jour nos conditions d'utilisation et nos politiques de confidentialité pour refléter ces options ».

L'abonnement a des prix différents selon qu'il est acheté sur la plateforme Web ou via l'application mobile. L'achat via la plateforme Web coûte 9,99 € par mois pour un compte (plus 6 € pour chaque compte supplémentaire) et l'abonnement via l'application mobile coûte 12,99 € (plus 8 € par mois pour chaque compte supplémentaire). Cette différenciation dans la tarification des abonnements semble être due aux commissions facturées par les fournisseurs de magasins d'applications tels que Google et Apple. Il convient de noter que les fournisseurs d'applications ont rarement répercuté ces frais sur les utilisateurs finaux de manière aussi transparente.

Certains analystes considèrent l'annonce de Meta comme un pied de nez à l'UE. Le fait est que dans l'UE - où Meta déploie l'option d'abonnement sans publicité - la vie privée est un droit fondamental et les citoyens bénéficient de protections juridiques complètes pour leurs informations personnelles. De plus, ce changement stratégique est probablement une réponse de Meta à la récente évolution de la réglementation en Europe : le Conseil européen de la protection de la vie privée a déclaré que le marketing comportemental auquel s'adonne l'entreprise sur Facebook et Instagram est illégal. Les autorités européennes ont décidé d'interdire cette pratique.

L'abonnement payant proposé par Facebook et Instagram ne signifie pas que Meta arrête de collecter les informations personnelles des abonnés. Meta affirme juste que ses plateformes n'afficheront plus de publicité aux utilisateurs payants. Toutefois, ces derniers continueront à voir les messages des entreprises et des créateurs. Les critiques dénoncent un scandale et considèrent que l'abonnement payant n'est qu'un leurre et une escroquerie. En outre, Meta semble avoir délibérément dégradé la qualité de la version payante de ses plateformes afin d'inciter les utilisateurs à autoriser le pistage et les publicités plutôt que souscrire un abonnement.

Les utilisateurs payants ont une expérience limitée sur Facebook et Instagram

De nombreux utilisateurs protestent contre les changements apportés par Meta à Facebook et Instagram en Europe et menacent d'abandonner les deux plateformes. Un utilisateur qui a déjà été confronté à ce changement a écrit : « j'ai cliqué sur l'application Facebook pour prendre des nouvelles de mes amis lointains, et l'écran a été envahi par une fenêtre impossible à fermer qui me demandait d'accepter soit de leur donner carte blanche pour partager mes données avec des annonceurs (ce que je pouvais auparavant désactiver dans le centre de confidentialité), soit de débourser 10 € par mois. Je crois que c'est fini pour moi. J'ai supprimé l'application ».

La mise à jour de Meta a quelque chose d'étrange : elle semble limiter l'expérience des utilisateurs payants au détriment des utilisateurs non payants. Par exemple, les utilisateurs ne pourront pas monétiser Reels, car selon Meta, leur capacité à faire de la publicité et à monétiser avec des annonces sera limitée. Les utilisateurs payants ne pourront pas non plus diffuser des publicités et des messages boostés pour les comptes Instagram et Facebook, ni même pour les pages Facebook, si celles-ci sont liées à un compte Instagram avec un abonnement payant. Enfin, les abonnés ne pourront pas participer à des partenariats publicitaires sur Instagram ou Facebook.

En gros, au lieu qu'un abonnement payant entraîne des améliorations de l'expérience utilisateur, ainsi que d'autres avantages par rapport aux utilisateurs non payants, Meta limite considérablement les possibilités des utilisateurs payants. Un utilisateur surpris par ces changements inédits exprime son étonnement sur X : « l'audace de Meta est de proposer soit de nous faire payer 13 euros par mois pour pourrir nos cerveaux, soit d'envahir notre vie privée. Les fils d'Instagram et de Facebook sont déjà saturés de publicités. C'est de la pure cupidité que d'exiger de suivre nos moindres faits et gestes. J'espère que la Commission européenne le brûlera ».

Selon les analystes, c'est la survie du modèle commercial de Meta qui est en jeu et la société n'a aucun intérêt à ce que les utilisateurs cessent de recevoir des publicités. L'ensemble de l'activité de Meta est basé sur la collecte de données et les abonnements payants pourraient limiter la capacité de l'entreprise à collecter des données et à cibler les utilisateurs. Meta a tenté de pivoter vers le métavers, d'où le changement de nom de Facebook en Meta, mais cela s'est soldé par un échec. La plateforme de métavers de Meta a englouti des dizaines de milliards de dollars, mais n'a pas suscité un grand intérêt, et l'entreprise n'a pas d'autres issues pour le moment.

Le service d'abonnement payant de Meta arrive juste après le plan Premium+ sans publicité proposé par X d'Elon Musk. Ce service peut coûter aux utilisateurs jusqu'à 168 $ par an pour une coche bleue, la possibilité de modifier les messages, etc. TikTok a suivi un chemin similaire, en envisageant un modèle d'abonnement mensuel à 4,99 $ pour supprimer les publicités. Toutefois, ce modèle est encore en phase de test et rien n'indique s'il sera mis en place ou quand il le sera.

L'abonnement payant vise juste à garantir la conformité avec les règles de l'UE

Meta laisse entendre lui-même que les publicités ciblées sont une manne financière sans équivalent. L'entreprise a déclaré que l'introduction d'un abonnement payant visait simplement à garantir la conformité avec les nouvelles réglementations européennes, et non à gagner de l'argent. En janvier dernier, la Commission irlandaise de protection des données (DCP) a infligé à Meta une amende de 390 millions d'euros pour avoir enfreint les règles européennes en matière de données et avoir forcé les utilisateurs à accepter des publicités ciblées. Meta a réfuté les allégations, déclarant que la DCP a tort en affirmant que l'entreprise a trompé ses utilisateurs.

Pourtant, il est prouvé que Meta se livre à une collecte massive de données sur les internautes. Comme le révèle sa politique de confidentialité, Facebook suit beaucoup plus d'informations que celles fournies par l'utilisateur lui-même. Cela inclut les activités des utilisateurs en dehors de Facebook, collectées par d'autres applications ou services concernant l'interaction avec eux. Les informations collectées par Meta incluent : les informations sur l'appareil l'utilisateur, les trajets Uber, les livraisons de nourriture, et bien d'autres. Il associe ensuite les activités des utilisateurs sur le Web à leurs comptes afin de fournir un contenu et des publicités personnalisés.

Meta a déclaré qu'il ne forçait pas le consentement en disant que les utilisateurs pouvaient soit accepter la manière dont leurs données étaient utilisées, soit quitter les plateformes. En annonçant les plans tarifaires pour les utilisateurs européens, Meta a déclaré que l'entreprise croit en un Internet financé par la publicité, qui permet aux gens d'accéder à des produits et services personnalisés, quel que soit leur statut économique. Meta estime que cela permet également aux petites entreprises d'atteindre des clients potentiels, de développer leurs activités et de créer de nouveaux marchés, stimulant ainsi la croissance de l'économie européenne.

« La possibilité d'acheter un abonnement sans publicité répond aux exigences des régulateurs européens tout en laissant le choix aux utilisateurs et en permettant à Meta de continuer à servir tous les habitants de l'UE, de l'EEE et de la Suisse », a déclaré Meta. En revanche, le service gratuit et financé par la publicité maintient son cours normal. « Et cette expérience continuera d'être soutenue par les outils et les paramètres que nous avons créés pour permettre aux utilisateurs de contrôler leur expérience de la publicité », a déclaré Meta. Les déclarations de Meta suggèrent que les utilisateurs qui choisissent de s'abonner se font quelque peu plumer.

« Avec Facebook et Instagram, vous payez de l'argent, mais vous êtes toujours le produit, car leur activité principale reste axée sur la publicité. Ils ne cessent pas de diffuser des publicités ni de collecter des données. Il semble qu'ils arrêtent simplement d'utiliser les données pour cibler les publicités », note un critique.

Source : Meta (1, 2, 3)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'abonnement payant proposé par Meta pour Facebook et Instagram ?
Ce changement répond-il aux réglementations en vigueur dans l'UE comme l'entreprise le prétend ?
Êtes-vous prêt à payer un abonnement à Facebook ou Instagram ? Que pensez-vous de la version payante de X ?
S'agit-il d'une escroquerie ? Que pensez-vous des limites imposées par les versions payantes de Facebook et d'Instagram ?
Les limites imposées constituent-elles un moyen de contraindre les utilisateurs à accepter le pistage et les publicités ?
Les réseaux sociaux peuvent-ils cesser la collecte massive de données ? Quels seraient les impacts sur les utilisateurs ?

Voir aussi

Meta demandera désormais le consentement des utilisateurs pour afficher des publicités personnalisées et ciblées dans l'UE, les changements seront effectifs en Europe dès cet automne

Meta risque une amende journalière de 100 000 dollars si elle ne résout pas les problèmes de confidentialité en Norvège, l'entreprise est sommée de modifier ses pratiques de suivi en ligne

Le Conseil européen de la protection de la vie privée a décidé que l'interdiction norvégienne du marketing comportemental par Meta sur Facebook et Instagram deviendra permanente et s'étendra à l'UE

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/11/2023 à 20:19
le truc, c'est que meme en payant, 10 euros, on sait qu'il continueront a pister. peu etre moins, mais quand meme. ce qu'il peuvent faire sans que les gens le sache. on considere qu'ils le font
2  0 
Avatar de pierre.E
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/11/2023 à 17:43
manque l'option facebook me paye 10€ par mois pour l'utiliser
2  0 
Avatar de Denis CADIOT
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/11/2023 à 5:34
Le pistage ne me gêne pas, je n'utilise même pas un pseudo. Ce que je poste est assumé.
Comme je ne suis pas un people, mon image internet me convient, personne ne m'attaque et ne la dégrade.

Sur FB on peut écarter les excités malveillants.
Si FB devenait exclusivement payant je le quitterais.
Quand les pubs seront, à mon goût, trop invasives je le quitterai.

Donc tout va bien, c'est cool.
2  1 
Avatar de witre
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 19/11/2023 à 23:57
Meta ne vise pas uniquement les citoyens de l'Union européenne.
En tant qu'utilisateur d'un pays qui ne fait pas partie de l'UE, je dois également choisir entre l'option 'gratuite' et l'option payante.
La décision de faire payer ou non l'utilisateur par Meta ne repose pas sur la géolocalisation de l'adresse IP.

Pour ceux qui l'ont oublié, en Chine, Apple a tenté de mettre en place une mesure similaire à celle de Meta.
L'entreprise souhaitait stocker les données sur le sol américain, à l'abri des régulations telles que le GDPR.
La 'grande démocratie chinoise' a exigé d'Apple qu'elle construise des centres de données sur le territoire chinois, gérés par du personnel chinois.
Apple n'a pas discuté et a fait ce que la Chine lui a dit de faire.
Cela n'a rien coûté aux utilisateurs chinois, et Apple réalise d'importants profits dans cette région.
La 'grande démocratie chinoise' peut ainsi contrôler les données et ses citoyens, et tout le monde semble satisfait.

Je ne défends pas la 'grande démocratie chinoise', mais je constate qu'au sein de l'Union européenne, la Commission prend des décisions qui entraînent des coûts pour les citoyens européens et rapportent de l'argent aux sociétés américaines.
Pourquoi la Commission n'a-t-elle pas imposé à Meta de construire des centres de données en Europe, gérés par des Européens ?
Cela n'aurait peut-être pas évité de payer, mais aurait assuré le respect du GDPR.
1  0 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 20/11/2023 à 17:00
Imaginez maintenant que les CLUFs étaient mal rédigées et que le quidam lambda européen n'ait pas donné son accord pour donner ses données personnelles en temps que paiement... Ce serait la facture du siècle.

"Facebook, c'est gratuit (et ça le restera toujours)"
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/11/2023 à 16:57
Je fais partie des rares français à qui il arrive de critiquer un peu l'UE, mais là je crois pas que ce soit elle le problème.

Citation Envoyé par JackIsJack Voir le message
Autant être explicite et simplement bannir Meta parce que c'est américain...
Quoi ?!
L'UE est fan des USA, l'UE ferait tout pour les USA, l'UE préfère les USA que les nations européennes.

Dans le discours ils disent que l'UE existe afin que les nations membres soient plus fortes dans les négations avec les USA.
Dans la pratique on se couche devant les USA systématiquement. (enfin si les USA demandent à l'UE de se coucher, si ils demandent de donner la patte, l'UE donne la patte)

Ici qu'est-ce que demande l'UE ?
Que les sites proposent une expérience payante sans pub et sans traçage ?
Si c'est ce que demande l'UE ça semble être une bonne idée.
Je ne vois pas le problème, celui qui ne veut pas de pub paie et c'est très bien.
Ici le problème ce n'est pas l'UE c'est Méta.

Citation Envoyé par agripp Voir le message
Elle n'a pas réussi à protéger la vie privée de l'internaute (ce qui était son but)
Les gens peuvent utiliser un VPN (en plus ça rapportera de l'argent à des entreprises qui sponsorisent des vidéastes).
Les VPN ce n'est pas utile que pour ne pas se faire prendre par Hadopi.

Citation Envoyé par agripp Voir le message
Puisqu'on ne peut rien faire contre Méta, puisqu'on ne réussit pas à faire mieux que Google, puisqu'on ne parvient pas à concurrencer Amazon créons des lois qui pénalisent les utilisateurs et les clients.
C'est pas comme ça que ça marche.
Pour proposer mieux que Google, Amazon, etc, il faut avoir des idées, et les idées ne viennent pas avec l'argent.
Tu peux injecter des milliards pour essayer de créer un moteur de recherche, ça ne servira à rien. Ce sera de la merde. (Microsoft a essayé de s'en prendre à Android il n'a pas réussi, y'en a qu'on essayé de créer un concurrent à Twitch ça a foiré, y'en a qu'on essayé de créer un concurrent à Twitter ça à foiré)
À la base des bons projets, il y a des types qui bossent dans leur garage et qui ont des idées.

Le problème c'est quand une entreprise Française a une bonne idée, elle se fait racheter par une grosse boite US.
Mais ça ce n'est pas de la faute à l'UE.

Citation Envoyé par agripp Voir le message
D'ailleurs la preuve : ils ont interdit la livraison gratuite des livres !
Ah ouais j'avais loupé cette actualité.
Apparemment ça vient de la France, ça ne vient pas de l'UE.

Frais de port sur les livres : le gouvernement choisit une voie médiane, la Commission européenne tranchera
C'est une nouvelle étape dans le bras de fer qui oppose les géants du commerce en ligne et les libraires indépendants sur la question des frais de port minimum applicables aux livres. Le ministère de la Culture a retenu un montant de 3 euros pour les commandes allant jusqu'à 35 euros, a indiqué à l'AFP le cabinet de la ministre, jeudi 22 septembre. Au-delà de 35 euros, le ministère a décidé le statu quo, avec un plancher de 0,01 euro.

Le gouvernement a choisi une voie médiane et a suivi la recommandation du régulateur, l'Arcep, qui préconisait ce montant de 3 euros au moment de lancer une consultation publique sur le sujet. La décision du gouvernement doit encore être transmise à la Commission européenne, qui rendra un avis avant que la loi puisse entrer en vigueur.

Ces frais de port ne peuvent plus être nuls depuis une loi de 2014, mais Amazon et la Fnac les fixent systématiquement à 0,01 euro. Une loi adoptée en décembre 2021 a donné pour objectif de relever le prix plancher, afin d'inciter les consommateurs à se rendre en librairie plutôt que de commander en ligne. Le législateur a laissé le soin à l'exécutif de fixer les montants.
Payer 3€ quand on commande moins de 35€ livre c'est pas très grave…
Et c'est plutôt cool si ça peut motiver des gens à aller dans des petites boutiques.
1  1 
Avatar de ManPaq
Membre averti https://www.developpez.com
Le 27/11/2023 à 4:18
Les médias surreprésentés par les moteurs de recherche au moment de vouloir se renseigner sur une actualité, pratiquent déjà ce type de chantage à l'abonnement: La seule solution pour rester à l'écoute de l'information dite "sérieuse" est le contournement des paywalls et l'enterrement des cookies.
Fb ne fait que s'aligner sur une pratique déjà existante et prétexte de même que les premiers acteurs cités, d'indépendance, de libre expression et agissent finalement pour le profit.
Le RGPD n'a pas vocation à délier les mauvaises foi.
0  0 
Avatar de agripp
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 09/11/2023 à 16:06
L'Europe a montré une fois de plus sa grande connaissance du numérique en général et du Web en particulier ! Elle n'a pas réussi à protéger la vie privée de l'internaute (ce qui était son but), en revanche elle est parvenu avec brio à lui compliquer la vie !
Finalement, je me demande si ce n'est pas justement sa stratégie ! Casser les entreprises du Web en tarissant le flot des utilisateurs ! Puisqu'on ne peut rien faire contre Méta, puisqu'on ne réussit pas à faire mieux que Google, puisqu'on ne parvient pas à concurrencer Amazon créons des lois qui pénalisent les utilisateurs et les clients. Merci les législateurs !
D'ailleurs la preuve : ils ont interdit la livraison gratuite des livres ! Mais depuis toujours quand je commandais un livre chez le libraire du coin, je n'ai jamais payé de frais de port, qu'il s'agisse d'un fascicule de cinquante pages ou d'une encyclopédie en huit volumes. Par ailleurs, il y a quarante ans, un livre commandé chez le libraire d'un village de moins de 1000 habitants arrivait en 48 heures. Aujourd'hui la même opération peut prendre un mois chez un libraire dans une ville moyenne ! Et encore ! si ce brave commerçant ne vous informe pas tardivement qu'il ne peut pas obtenir cet ouvrage, parce qu'il ne travaille pas avec ce diffuseur ! Finalement la livraison gratuite rétablissait une certaine égalité entre ceux qui peuvent fréquenter des librairies spécialisées parce qu'ils habitent une grande ville et ceux qui isolés dans leur campagne doivent compter sur un livreur ou aller chercher leur commande au "point dépôt" le plus proche. En un mot, cette politique est à vomir.
1  2 
Avatar de JackIsJack
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 09/11/2023 à 8:34
Autant être explicite et simplement bannir Meta parce que c'est américain...

Ces lois n'ont aucun sens et ne protègent personne. La lutte contre le porno chez les mineurs ? La lutte contre le harcellement en ligne ? Non, il faut surtout lutter contre les publicités ciblées, n'importe quoi.
1  4 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/11/2023 à 19:22
les meta données que recoltent ces sites ne dit pas grand choses de dangereux sur nous.
donc on s'en fou un peu. et vu le nombre de gens qui preferent chrome a firefox juste parce,
qu'il est un peu plus performant alors que c'est un snifer ultime de méta données, créé pour une société qui a comme modele economique le commerce de meta données,
je me demande qui sont ces gens qui ralent ? 1% des utilisateurs ? 0.1% ?
0  9