IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google annonce la disponibilité générale de Privacy Sandbox, marquant l'intégration d'une plateforme pub directement dans Chrome.
Le navigateur suit désormais directement les utilisateurs

Le , par Stéphane le calme

61PARTAGES

9  1 
Google a annoncé qu’il renonçait à son projet FLoC (Federated Learning of Cohorts), une méthode controversée pour remplacer les cookies tiers par un système de publicité basé sur les centres d’intérêt des utilisateurs. À la place, Google propose la Topics API, une nouvelle solution qui permet aux navigateurs d’apprendre les intérêts des utilisateurs en fonction de leur activité sur le web. La Topics API fonctionne en identifiant cinq intérêts par utilisateur, tels que “Fitness” ou “Voyage & Transport”, sur la base des sites visités pendant une semaine. Ces intérêts sont stockés dans le navigateur pendant trois semaines avant d’être supprimés. Google affirme que ces catégories « sont sélectionnées entièrement sur votre appareil » et n’impliquent « aucun serveur externe, y compris les serveurs Google ».

Privacy Sandbox est une initiative lancée par Google pour proposer des alternatives aux cookies tiers qui respectent la vie privée des internautes. Au lieu de suivre la navigation des utilisateurs sur le web pour identifier leurs centres d’intérêt individuellement, l’idée est de les regrouper au sein de grands groupes en fonction des centres d’intérêt qu’ils partagent. Au lieu de mesurer les interactions des utilisateurs avec les annonces à l’aide de solutions susceptibles de révéler leur identité, il est possible de préserver leur anonymat en limitant le volume de données partagées qui les concernent. Au lieu d’être collectées par les entreprises lors de la diffusion d’annonces, les informations sur les utilisateurs peuvent être stockées sur leurs appareils pour rester confidentielles.

L’objectif poursuivit est ainsi de concilier le modèle économique du web, reposant en grande partie sur le ciblage publicitaire, et protection de la vie privée en promouvant des outils sensés être plus vertueux car moins intrusifs, ce qui n’est pas le cas actuellement avec l’utilisation des cookies tiers. Ce n’est que lorsque les outils de la « Privacy Sandbox », en cours d’expérimentation, auront fait leurs preuves, que Google prévoit d’interdire l’usage de cookies tiers dans Chrome.


Les API Privacy Sandbox

Les API Privacy Sandbox sont des interfaces de programmation applicatives (API) qui permettent aux navigateurs web de jouer un nouveau rôle. Au lieu de travailler avec des outils et des protections limités, les API permettent au navigateur d’un utilisateur d’agir en son nom (localement, sur son appareil) pour protéger ses informations personnelles lorsqu’il navigue sur le web. Il s’agit d’un changement d’orientation pour les navigateurs. La vision du futur de la Privacy Sandbox consiste à ce que les navigateurs fournissent des outils spécifiques pour satisfaire des cas d’usage spécifiques, tout en préservant la vie privée des utilisateurs.

Parmi les API Privacy Sandbox, nous pouvons citer :
  • FLoC (Federated Learning of Cohorts) : une API qui permet aux annonceurs de cibler des groupes d’utilisateurs ayant des centres d’intérêt similaires, sans avoir besoin de connaître leur historique de navigation individuel.
  • FLEDGE (First Locally-Executed Decision over Groups Experiment) : une API qui permet aux annonceurs et aux éditeurs de créer et d’exécuter des campagnes publicitaires basées sur les intérêts des utilisateurs, sans partager leurs données personnelles avec des tiers.
  • TURTLEDOVE (Two Uncorrelated Requests, Then Locally-Executed Decision On Victory) : une API qui permet aux annonceurs et aux éditeurs de diffuser des annonces personnalisées en fonction des intérêts des utilisateurs, sans révéler ces intérêts à quiconque.
  • Dovekey (Demand-side Optimization with Verifiable Events and Keepable Encryption) : une API qui combine les fonctionnalités de FLEDGE et TURTLEDOVE, en ajoutant la possibilité pour les annonceurs d’utiliser un serveur tiers pour optimiser leurs enchères publicitaires.
  • PARAKEET (Private and Anonymized Requests for Ads that Keep Efficacy and Enhance Transparency) : une API qui permet aux annonceurs et aux éditeurs de diffuser des annonces pertinentes aux utilisateurs, sans partager leurs données personnelles avec des tiers, en utilisant un service proxy géré par un tiers de confiance.
  • SPARROW (Secure Private Advertising Remotely Run On Webserver) : une API qui permet aux annonceurs et aux éditeurs de diffuser des annonces pertinentes aux utilisateurs, sans partager leurs données personnelles avec des tiers, en utilisant un serveur géré par les éditeurs.
  • AGGREGATE REPORTING API : une API qui permet aux annonceurs et aux éditeurs de mesurer l’efficacité de leurs campagnes publicitaires, sans révéler les données individuelles des utilisateurs, en utilisant des techniques de calcul sécurisé et d’agrégation de données.
  • CONVERSION MEASUREMENT API : une API qui permet aux annonceurs et aux éditeurs de mesurer les conversions (par exemple, les achats ou les inscriptions) générées par leurs annonces, sans révéler les données individuelles des utilisateurs, en utilisant des techniques de chiffrement et d’atténuation du bruit.
  • EVENT-LEVEL API : une API qui permet aux annonceurs et aux éditeurs de mesurer les événements (par exemple, les clics ou les impressions) liés à leurs annonces, sans révéler les données individuelles des utilisateurs, en utilisant des techniques de chiffrement et d’atténuation du bruit.

API Topics

Lorsqu’un utilisateur visite un site qui utilise la Topics API pour la publicité, le navigateur partage trois de ses intérêts avec le site et ses partenaires publicitaires, en choisissant « un intérêt parmi chacune des trois dernières semaines ». Selon la page GitHub de la Topics API, il existe actuellement environ 350 sujets disponibles dans sa taxonomie publicitaire (bien que Google prévoie d’en ajouter « quelques centaines » à « quelques milliers » à terme). Google précise que les sujets n’incluent aucune catégorie « sensible » comme le genre ou l'origine ethnique. Et si vous utilisez Chrome, la société prévoit de créer des outils pour vous permettre de consulter et de supprimer les sujets, ainsi que de désactiver la fonctionnalité.

Le projet FLoC de Google était une forme de suivi basé sur les centres d’intérêt qui vous identifiait en fonction de votre “cohorte”, c’est-à-dire un groupe d’utilisateurs ayant des intérêts similaires. Les critiques de la vie privée, comme l’Electronic Frontier Foundation (EFF), ont soutenu que ce système posait des risques supplémentaires pour la vie privée, comme faciliter l’identification des utilisateurs par le biais de l’empreinte digitale du navigateur, un outil utilisé par les sites pour obtenir des informations spécifiques sur votre appareil et votre navigateur, et pouvait également révéler des informations sur vos caractéristiques démographiques, pouvant entraîner des publicités ciblées discriminatoires. En raison de ces préoccupations, des navigateurs comme Brave, Vivaldi, Edge et Mozilla ont tous refusé de l’utiliser.


Privacy Sandbox est désormais en disponibilité générale

La disponibilité générale signifie que les technologies Privacy Sandbox sont dans un état stable et prêtes à être utilisées à grande échelle par des solutions publicitaires pour prendre en charge les cas d'utilisation commerciaux clés.

Citation Envoyé par Google
Ayant atteint ce stade après de nombreux retours de l’industrie, nous ne prévoyons pas d’apporter de modifications significatives aux interfaces API avant la dépréciation des cookies tiers. Les entreprises qui intègrent les API Privacy Sandbox dans leurs solutions peuvent désormais étendre leur déploiement et leurs tests pour évaluer leur état de préparation à la dépréciation prévue des cookies tiers dans Chrome au cours du second semestre 2024. Cela inclut des expériences pour évaluer l'efficacité de Privacy Sandbox, dans conformément à nos engagements et en consultation avec l'Autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) et des groupes de tests spécifiques facilités par Chrome.

À partir du quatrième trimestre 2023, nous permettra au secteur de renforcer ses efforts de test avec la possibilité de simuler la dépréciation des cookies tiers pour un pourcentage de ses utilisateurs. Ensuite, au premier trimestre 2024, nous désactiverons les cookies tiers pour 1 % de tous les utilisateurs de Chrome, établissant ainsi les environnements nécessaires pour tester l’efficacité des API Privacy Sandbox.
L'initiative de Google vivement critiquée

L’argument ici est qu’un jour (pas maintenant, mais un jour), Google promet de désactiver les cookies de suivi tiers dans Chrome, et que la nouvelle plate-forme publicitaire, qui présente certaines limites, est meilleure. Le fait est que les cookies tiers n’affectent généralement que les utilisateurs de Chrome. Apple et Firefox bloquent tous deux les cookies tiers depuis des années et n'implémenteront pas le nouveau système de publicité de Google : seuls les navigateurs Chromium les autorisent encore.

C'est en fait ce qui a déclenché tout ce processus : Apple a porté un coup dur à la principale source de revenus de Google en bloquant les cookies tiers dans Safari en 2020. Même s'il s'agissait d'une victoire en matière de confidentialité, Google n'a pas emboîté le pas tant qu'il n'a pas pu sécuriser ses activités publicitaires. L'apprentissage fédéré des cohortes et maintenant l'API Topics font partie d'un plan visant à proposer une plate-forme de suivi « alternative », et Google soutient qu'il doit y avoir une alternative de suivi : vous ne pouvez tout simplement pas ne pas être espionné. L'Electronic Frontier Foundation a également soutenu cela lorsqu'elle a qualifié le FLoC de Google de « terrible idée », affirmant que « les propos [de Google] sont basés sur une fausse prémisse selon laquelle nous devons choisir entre "l'ancien système de suivi" et le "nouveau système de suivi". Ce n’est pas l’un ou l’autre. Au lieu de réinventer la roue du suivi, nous devrions imaginer un monde meilleur sans les innombrables problèmes des publicités ciblées. »

Google a annoncé qu'il bloquera les cookies tiers au cours du second semestre 2024, probablement après s'être assuré que le « Privacy Sandbox » lui permettra de maintenir ses bénéfices à un niveau élevé. Un utilisateur dans le monde souhaitait-il une plate-forme de suivi des utilisateurs et de publicité intégrée directement dans son navigateur*? Probablement pas, mais c'est Google, et ils contrôlent Chrome, et cela ne incitera probablement toujours pas les gens à passer à Firefox.

Source : Google

Et vous ?

Que pensez-vous de la Topics API de Google ? Est-ce une solution acceptable pour remplacer les cookies tiers ?
Pensez-vous que Google respecte la vie privée des utilisateurs avec ses propositions de Privacy Sandbox ? Quels sont les risques et les avantages de ces propositions pour les utilisateurs et les annonceurs ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de nicopulse
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 13/10/2023 à 1:25
Je me permet :

Meilleur Navigateur
4  0 
Avatar de fodger
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 05/01/2024 à 12:03
Trop lourd à mettre en œuvre, ça sent le bide niveau adoption on va pas faire plaisir à google et se casser le cul pour eux.

Le cookie est imparfait mais à le mérite de fonctionner partout et c'est très simple à mettre en œuvre.
4  0 
Avatar de Mister Nono
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 12/09/2023 à 9:33
Chrome n'est plus disponible sur mon ordinateur.
3  0 
Avatar de weed
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/01/2024 à 20:56
Je peux comprendre que cela peut améliorer la vie privée mais uniquement vis à vis des annonceurs qui n'ont plus de donnée unitaire des internautes.

Mais qui classe dans les catégories ? N'est ce pas Google ? Donc en terme de vie privée vis à vis de Google, je ne pense pas que cela soit mieux.
L'idéal serait que l'orchestreur soit une entité indépendante. Et là, cette solution serait en effet pas mal du tout. Mais tel que je comprends, ce ne sera pas le cas.

Si on veut de la vie privée, on ne mets pas tout ses oeufs dans le même panier ....
3  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/01/2024 à 8:07
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Les cookies tiers se sont avérés nocifs pour la vie privée
Surtout l'utilisation qu'on en fait
c'est pourquoi Google, [...], a préparé une série d’API (interfaces de programmation d’applications) qui font partie de son initiative Privacy Sandbox.
Dont l'objectif final de Google est toujours d'en faire une utilisation nocive pour la vie privée.
Et selon le chercheur en confidentialité Dr Lukasz Olejnik, Google a plus ou moins atteint son objectif avec Protected Audience.
[...]Et son évaluation de Protected Audience, anciennement connu sous le nom de FLEDGE, est « qu'il est possible d'utiliser ce système d'une manière conforme à la législation européenne sur la protection des données ».
On peut dire que ce Dr Olejnik n'est pas très convaincant, Google atteint-il plutôt plus ou plutôt moins son objectif?
Il est possible d'utiliser le système de manière conforme mais ne pouvait-on pas aussi utiliser les cookies tiers de manière conforme?
Il est possible d'utiliser le système de manière conforme mais n'est il pas possible d'utiliser le système de façon non conforme?
Si les réponses sont moins, oui et oui alors je ne vois pas où est l'avancée réalisée par Google.
évitant ainsi la nécessité de présenter une demande de consentement en vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD) européen
Donc on a potentiellement un système qui n'est pas mieux qu'avant mais qui permet de contourner le RGPD. Nous voilà bien
Citation Envoyé par weed Voir le message
Si on veut de la vie privée, on ne mets pas tout ses oeufs dans le même panier ....
Surtout quand le panier est l'un des spécialistes de la récolte et l'analyse de données privées.
3  0 
Avatar de Mister Nono
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 18/09/2023 à 18:37
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
evidemment qu'on peut pas faire confiance a google, car son modele economqiue c'est la pub et la vente de nos meta données..
Pourquoi meta-données ? Données tout simplement...
2  0 
Avatar de Matthieu_26
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 12/09/2023 à 12:12
Quand Google lance Chrome en 2008 au détriment de Firefox, la multinationale a bien compris que le navigateur est un logiciel stratégique pour son business : la vente aux enchères de votre vie privée.

Quid de Android, ne vont-ils pas appliquer la même stratégie ?
2  1 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 13/10/2023 à 10:58
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Que pensez-vous de l’initiative Privacy Sandbox de Google? Est-ce une avancée pour la protection de la vie privée ou une stratégie pour renforcer sa position dominante?
C'est la même cochonnerie que leurs "cohortes" qui avaient tant fait râler, mais avec le mot "privacy" devant. En quoi est-ce une avancée pour la protection de la vie privée?

Si je prend du caca et que j'appelle ça du chocolat, est-ce que ça devient du chocolat?
1  0 
Avatar de weed
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 29/11/2023 à 13:10
Que pensez-vous de la décision de Google de supprimer les cookies tiers dans Chrome ? Est-ce une bonne ou une mauvaise chose pour la confidentialité des utilisateurs et pour l’écosystème du web ?
Très mauvaise chose pour la vie privée. Je dirais que Chrome veut se donner une certaine image comme défenseur de vie privée en tapant sur les annonceurs.

Normalement si on veut privée, on évite de mettre tout ses oeufs dans le même panier, et là, tel que je comprends, cela va être tout l'inverse. Chrome va piocher dans l'historique de navigation de l'internaute pour indiquer au site, aux annonceurs dans quelle catégorie positionner l'internaute.

Google se donne une image de justicier. Et bien entendu tout ses infos utilisées pour aiguiller annonceurs peuvent être utilisés en interne par Google mais on en sait rien.

Google ne fait pas qu'un navigateur, mais propose de multiple service pour la voiture, pour la TV, Google Search sur iPhone/Android/PC, ... autant d'information qu'il pourra regrouper avec l'historique de Chrome.

Si on veut un peu de vie privée, on essaie de diversifier au maximum.

Comment les éditeurs, les annonceurs et les courtiers en données vont-ils s’adapter à ce changement majeur ? Quels sont les défis et les opportunités qu’ils vont rencontrer ?
A voir si Google l'inclut un jour dans le moteur Blink mais dans tous les cas, les annonceurs auront malheureusement pas trop le choix vu la part de marché.

Quel est le rôle des régulateurs et des législateurs dans ce processus ? Comment peuvent-ils garantir que les normes de concurrence et de confidentialité sont respectées ?
En effet Il en faudrait un, totallement autonome de Google.

Quel impact ce changement aura-t-il sur votre expérience en ligne ? Allez-vous continuer à utiliser Chrome ou envisager d’autres navigateurs?
Cela fait un petit moment que j'ai pour principe de ne pas mettre tout mes oeufs dans le même panier, et donc d'utiliser un navigateur hors Chrome, et hors Blink. Je ne suis pour le moment pas concerné.
1  0 
Avatar de weed
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 13/09/2023 à 13:09
Citation Envoyé par Matthieu_26 Voir le message
Quand Google lance Chrome en 2008 au détriment de Firefox, la multinationale a bien compris que le navigateur est un logiciel stratégique pour son business : la vente aux enchères de votre vie privée.
Je n'ai pas accès aux comptes mais en effet Google dépense pas mal en R&D sur son navigateur. Il est estime que cela vaut le coup.

Citation Envoyé par Matthieu_26 Voir le message
Quid de Android, ne vont-ils pas appliquer la même stratégie ?
Soit un peu plus précis parce que par exemple les custom ROM tel que GrapheneOS, Calyx OS, Iodé OS sont tous des Android mais sans les Google Apps.
source : https://wikilibriste.fr/fr/debutant/android-roms
Et je pense pas qu'il soit possible avec ces Android d'avoir des pub

Mais je pense que tu veux parler des pubs ciblées Google sur des Android avec les Google Apps, et le plays services, le store officiel Google (le play store) et les pub seraient affichées par ces moyens.
En effet il est probable que cela arrive un jour.
1  1