IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'exode des annonceurs de Twitter, plus d'un tiers des 100 principaux clients de Twitter n'ont pas fait de publicité sur la plateforme
Depuis qu'Elon Musk en a pris les commandes

Le , par Nancy Rey

15PARTAGES

8  0 
Plus d'un tiers des 100 principaux annonceurs de Twitter n'ont plus fait de publicité sur le réseau de médias sociaux au cours des deux dernières semaines, selon le centre de recherche Media Matters. Ce qui est une indication de l'ampleur de la frilosité des annonceurs face au contrôle de l'entreprise par le milliardaire Elon Musk. Depuis 2020, 50 de ces entreprises ont représenté près de 2 milliards de dollars de revenus publicitaires. Cette année seulement, elles ont dépensé 750 millions de dollars, précise Media Matters. Certaines de ces entreprises (comme Chevrolet, Ford et Chipotle) ont annoncé publiquement qu'elles arrêtaient la publicité sur Twitter. Media Matters affirme que les autres sont des « abandons discrets », car son analyse des données de Pathmatics montre qu'elles ont cessé de faire de la publicité pendant une « période de temps significative ».


Des dizaines de grands annonceurs de Twitter, dont 14 des 50 premiers, ont cessé de faire de la publicité au cours des quelques semaines qui ont suivi l'acquisition chaotique de la société de médias sociaux par Musk. Les publicités pour des marques de premier ordre comme Jeep et les bonbons Mars, dont les sociétés mères figuraient parmi les 100 premiers annonceurs américains sur le site au cours des six mois précédant l'achat de Musk, n'y sont plus apparues depuis au moins le 7 novembre. Musk est devenu propriétaire du site le 27 octobre.

Les spécialistes du marketing réévaluent Twitter dans un moment de chaos, alors que Musk apporte des changements radicaux au personnel et à la plateforme. Le milliardaire a supprimé environ la moitié des effectifs, puis a lancé un ultimatum qui a incité des centaines d'autres employés à démissionner, notamment ceux qui veillaient à ce que le site soit exempt de tout contenu auquel les annonceurs préféreraient ne pas être associés. Dans les heures qui ont suivi la prise de contrôle par Musk, Twitter a connu un afflux de messages racistes et antisémites qui ont mis à l'épreuve les limites des règles de Twitter, sous la houlette d'un nouveau propriétaire qui, depuis des mois, avait signalé qu'il assouplirait de nombreuses pratiques de modération du contenu de Twitter.

Twitter a récemment licencié certains employés de sa division commerciale, poursuivant ainsi l'exode massif des employés de l'entreprise. Parallèlement, Wall Street a longtemps considéré Twitter comme une entreprise trop lente à lancer des produits qui permettraient de convertir sa popularité virale en revenus. Et alors que Musk s'est efforcé de réduire les coûts et de trouver d'autres formes de revenus, Twitter est toujours fortement tributaire de la publicité. L'année dernière, près de 90 % des 5 milliards de dollars de revenus de la société provenaient de la publicité, tandis que le reste provenait des licences de données et d'autres services, selon les documents réglementaires.

Twitter est surtout connu comme une plateforme permettant aux grandes entreprises d'accroître la notoriété de leur société auprès d'un public large et diversifié par le biais de campagnes de publicité de marque. Le type de campagne que de nombreuses entreprises s'empressent de supprimer lorsque l'économie se dégrade ou qu'une plateforme marketing donnée ne semble plus être un investissement solide, selon les experts.

Matthew Quint, directeur du Center on Global Brand Leadership de la Columbia Business School, a déclaré que de nombreuses entreprises subissaient « des pressions, de la part d'une série de parties prenantes et de consommateurs, pour qu'elles soient liées à des contenus jugés incendiaires ». Le défi pour elles et pour Twitter, dit-il, est que Musk est en train de devenir « une marque très forte, et une marque controversée. Plus il est sur le devant de la scène, plus les annonceurs peuvent... choisir de dire qu'ils ne sont pas encore prêts à être fortement associés à une plateforme Musk à ce stade », a déclaré Quint.

Avant même que Musk ne prenne les rênes de l'entreprise, les spécialistes du marketing réduisaient leurs dépenses de publicité numérique à mesure que les inquiétudes concernant l'économie se multipliaient. Le chaos qui règne chez Twitter et la pause publicitaire arrivent à un moment inopportun : selon les experts, c'est généralement au cours des derniers mois de l'année que les annonceurs augmentent leurs dépenses afin de profiter de la ruée vers les magasins pour les fêtes de fin d'année et de préparer des événements en prime time tels que le Super Bowl. Cette année, le déclin de la publicité touche également Twitter pendant la Coupe du monde de football, un moment où les annonceurs pourraient être intéressés à atteindre un public international ; 75 % des utilisateurs de Twitter se trouvent en dehors des États-Unis.

La publicité de marque est particulièrement vulnérable, car elle est généralement destinée à développer la reconnaissance et la fidélité des futurs clients potentiels. Selon les experts, les entreprises disposent d'une pléthore d'autres plateformes pour toucher un large public. En revanche, les entreprises technologiques telles que Facebook et Google sont connues pour offrir aux spécialistes du marketing la possibilité de cibler leurs campagnes publicitaires sur une section étroitement adaptée d'utilisateurs qui sont les plus susceptibles d'acheter le produit après avoir vu ou cliqué sur la publicité : un phénomène connu sous le nom de marketing à réponse directe.

Musk a entretenu des relations changeantes avec les spécialistes du marketing et les groupes de défense des droits civils

À la fin du mois dernier, Musk a publié sur Twitter une lettre adressée aux annonceurs, dans laquelle il s'engageait à ce que le site ne devienne pas un « paysage infernal où tout peut être dit sans conséquence ». Lorsque des informations ont fait surface selon lesquelles Musk avait gelé l'accès de certains employés aux outils de modération de contenu, des groupes de la société civile ont poussé les 20 principaux annonceurs de Twitter à dire à Musk qu'ils suspendraient leurs campagnes de marketing s'il sapait les normes communautaires du réseau social.

Début novembre, à l'issue d'une réunion privée avec des groupes de défense des droits civiques, Musk a semblé tendre une perche en s'engageant à ne pas réintégrer les comptes bannis sans un processus clair : une tâche qui, selon lui, prendrait probablement des semaines et signifierait que l'ancien président Donald Trump ne réintégrerait pas le site avant les élections de mi-mandat. Mais, il a rétabli le compte de l'ancien président américain Donald Trump après avoir sondé les utilisateurs sur cette idée. Twitter a suspendu Trump après les émeutes du 6 janvier au Capitole, car la plateforme craignait que ses tweets n'incitent à davantage de violence.

Et maintenant, Elon Musk a émis l'idée d'offrir « une amnistie générale aux comptes suspendus », à condition qu'ils n'aient pas enfreint la loi ou qu'ils ne se soient pas livrés à du « spam flagrant ». Dans un tweet, Musk sonde les utilisateurs sur cette idée. On ne sait pas exactement combien de comptes seront concernés par ce changement potentiel, mais certains utilisateurs craignent qu'une telle mesure n'entraîne une augmentation des discours haineux et autres contenus nuisibles sur la plateforme.

Deux jours plus tard, Musk a licencié la moitié des employés de Twitter, incitant les groupes de défense des droits civiques à lancer un boycott total du site de médias sociaux. Ces groupes ont fait valoir que Twitter ne pouvait pas maintenir le même niveau de modération du contenu s'il n'avait pas suffisamment de personnel pour faire respecter ses règles.

Peu après, Musk a participé à un appel privé d'environ 90 minutes avec le conseil d'influence de Twitter, un groupe de spécialistes du marketing, pour discuter de la sécurité de la marque et de la modération du contenu, selon Lou Paskalis, membre du conseil. Au cours de la réunion, Musk a été interrogé sur ses habitudes personnelles en matière de tweet et sur la façon dont elles pourraient donner une mauvaise image de la plateforme, selon Paskalis. Le programme de "liberté d'expression" de Musk démantèle le travail de sécurité chez Twitter, selon des initiés. « Ce qu'il fait sur son compte personnel est pris en compte par les grands annonceurs qui disposent d'un très gros dispositif d'atténuation des risques et de gouvernance », a déclaré Paskalis.

Quelques jours plus tard, Musk a organisé une discussion publique sur les espaces Twitter à l'intention des annonceurs, au cours de laquelle il a réaffirmé que l'entreprise n'avait apporté aucun changement à sa politique de modération du contenu et que la nouvelle initiative de l'entreprise visant à faire payer aux utilisateurs 8 dollars pour être vérifiés réduirait le nombre de discours haineux sur la plateforme. Musk a mis ce projet en pause après que certains aient utilisé le service pour usurper l'identité de marques et de personnes célèbres. Il a ensuite retardé la relance du service.

Musk avait initialement déclaré que les politiques de modération existantes resteraient en place jusqu'à ce qu'un « conseil de modération du contenu » se réunisse pour déterminer les étapes futures, bien que de nombreux observateurs soient désormais sceptiques quant à la formation d'un tel panel. Les précédents commentaires du milliardaire sur les politiques de modération semblaient être une tentative d'apaiser les annonceurs qui s'inquiètent de l'avenir de Twitter sous la direction de Musk, alors que plusieurs marques très connues, dont General Mills, Ford et Chipotle, ont réduit leurs dépenses publicitaires.

Sources : Media Matters, rapport annuel Twitter

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet?

Voir aussi :

Elon Musk propose de laisser revenir sur le site presque tous les bannis de Twitter et organise un autre sondage à cet effet

Elon Musk voudrait que son «Twitter 2.0» ait un chat vidéo, des appels vocaux et bénéficie de messages privés chiffrés, il a demandé l'aide du fondateur de Signal

Un ingénieur fiabilité de site présente des dizaines de scénarios qui pourraient signer la fin de Twitter, suite à la réduction drastique des employés dans l'entreprise par Elon Musk

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/06/2024 à 7:49
Citation Envoyé par febneo Voir le message
Developpez.net est constant avec la propagande anti-Musk. Avez-vous déjà lu un seul article positif à son sujet sur ce forum ?
On imagine tellement bien le profile de l'auteur incel (sous différent pseudos), en train de se faire un petit plaisir hédoniste juste avant de croiser un miroir et de contempler sa propre médiocrité.
C'est donc votre tout premier message sur le forum :



Vous n'avez même pas eu la courtoisie de vous présenter sur le forum "présentations", ni participé à aucun forum technique - c'est quand même la vocation première de "Développez" - mais pour dénigrer vous répondez présent.

Intéressant...
15  0 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/12/2022 à 12:11
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Musk aurait demandé aux employés d'accepter de travailler au bureau 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ou de quitter volontairement leur emploi. D'après les plaignantes, en faisant cette demande aux employés, Musk n'a pas pris en compte les autres occupations des femmes en dehors des heures et jours de travail. Ce qui serait contraire à la loi.
Ca veut dire qu'il n'y a que les femmes qui ont d'autres occupations en dehors des heures et jours de travail? C'est pas un peu sexiste ça?

Après la discrimination positive à l'embauche, il faut faire la discrimination négative au licenciement.
11  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/04/2023 à 11:00
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Je pense comme toi : Woke est devenu un mot fourre-tout. [...]
Est-ce que tu te rend compte que tu as des propos aussi péremptoires, vindicatifs et à la limite du sectaire que la catégorie de personne que tu décrit ?
Qui, au passage, je n'ai jamais croisé en France, alors que le profil contre lequels ils se battent pullule et dont tu fais un exemple notoire ?

On n'est pas les USA, il y a encore de la place pour la nuance dans nos avis et opinions, faudrait éviter d'importer ce manichéisme caricatural et parfaitement ridicule...
12  1 
Avatar de Fleur en plastique
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/12/2022 à 9:16
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il prend des décisions rapides
Des décisions hâtives, prises sur un coup de tête, et pour lesquelles le désastre était évident avant même de l'effectuer.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il mesure ses résultats immédiatement
Le désastre j'aurais dis. Mais oui, il le voit. Preuve qu'il n'est pas complètement fou.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il n'hésite pas à itérer rapidement et à tester autre chose
Il répare le désastre qu'il a lui-même causé à de nombreuses reprises.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
Même si 80% de ses décisions sont mauvaises, le fait d'itérer rapidement dans cette boucle de feedback utilisateur, c'est la manière typique des startups pour innover et grandir rapidement.
Innover ? Le mot typique du commercial pour se défendre contre toute décision impopulaire. Ce mot est, en ce qui me concerne, banni de mon vocabulaire, car trop utilisé pour couvrir la mafia de l'informatique.

Très honnêtement, je l'avais imaginé tout de suite, obtenir la coche bleue pour 8 € / mois allait permettre à n'importer qui d'avoir la coche bleue, qui n'avait plus le sens de validé, mais le sens de "a payé", donc autrement dit, aucun sens pour le visiteur qui n'en a que f... Mais comme le visiteur ne sait pas forcément que la coche bleue a changé de signification, il était évident que cela allait servir aux petits plaisantins du Web de profiter d'une notoriété si facile à obtenir.

Virer en masse des équipes dans l'unique but de réduire la masse salariale, puis être obligé de rappeler quand on se rend compte qu'on a peut-être pas viré les bons, là encore c'est juste une impulsion. Je ne nie pas le besoin de réduire la masse salariale, mais il faut le faire d'une manière raisonnée. Rappeler quelqu'un après l'avoir viré c'est juste la preuve d'une incompétence crasse.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
mais peut-être va-t-il en sortir quelque chose de radicalement innovant et qui va fonctionner dans quelques mois.
A contrario, ne pas oser itérer radicalement dans une entreprise qui n'a pas trouvé son modèle pour survivre, ça aurait été un crash assuré. Je suis donc la suite des événement avec beaucoup d'intérêt (et de popcorn) !
Quand on le voit poster lui-même un sondage sur "devrais-je quitter l'entreprise" et voir 58% de oui, permet-moi de douter de sa compétence. Surtout que je ne crois pas une seconde qu'il va le faire, bien que tout montre qu'il devrait. Car non seulement il crache Twitter, mais il entraîne ses autres entreprises à succès (Tesla, SpaceX) dans sa chute.

Au niveau de la dernière actu, je pense que Twitter est coupable de ne pas avoir signifié son désir de rompre le contrat avec cette entreprise, puisqu'il se contente de jeter les factures à la poubelle. D'un autre côté, une facture trimestrielle de 1 million de dollars pour une fourniture de service apparemment dispensable puisque Twitter ne s'est pas encore effondré, même sans connaître les détails, cela semble largement excessif.
10  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/03/2023 à 14:05
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
un forum pour développeur, population sensée être parmi les plus intelligente du monde.
Ça sort d'où ce scoop selon lequel un développeur serait plus intelligent que les autres corps de métiers ?
12  2 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/04/2023 à 3:52
Le fait que Twitter soit techniquement a la ramasse est connu depuis toujours, la qualité de votre divination n'est pas particulièrement surprenante. Cependant ça n'a rien a voir avec être woke ou pas, pour peu que cette étiquette veuille dire quelque-chose. Par exemple Rust, souvent moqué par ses détracteurs pour son code de conduite qui promeut le respect et l'inclusivité, n'en reste pas moins un modèle de développement sérieux.

Le problème de Twitter, c'est plus lié au coté fonctionnement en mode startup du Web dont il n'a pas réellement réussi sortir.
13  4 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 30/11/2022 à 8:56
Le premier point c'est que les enfants ne devraient pas avoir accès à twitter. Les parents sont irresponsables de laisser leurs enfants sur une plateforme comme celle-ci.
9  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 30/11/2022 à 21:31
Bonsoir

Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Enfin, on a en France un principe "d'égalité des chances", quelque chose de très difficile à faire en vrai, mais dans tout les cas il faut bien une intervention de l'état dans l'éducation des enfants pour essayer de respecter un tant soit peu ce principe (ex : éducation obligatoire). Aussi imparfaite soit-elle, ça reste mieux que de tout confier aux parents. On parle de problème d'égalités des chances, mais certains parents ne sont pas spécialement plus riches que d'autres, ils sont juste beaucoup plus impliqués (voir trop) dans l'éducation de leurs enfant et le succès à l'école.

En soi si on veut être un peu plus précis, on peut dire qu'une partie de l'éducation se faire hors cercle familial à travers les relations sociales, en particulier avec les enseignant et les collèges de classe. Une grosse partie du programme scolaire constitue de la "culture général" mais j'ai plus de mal honnêtement à y voir une "éducation" dedans au sens où on l'entend dans le cadre ce tes propos et ma réponse.
L'état instruit. Les parents éduquent.

Les enfants sont de qui ? Des parents ou de l'état ? On devrait parler d'instruction nationale et non pas d'éducation nationale.
8  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/12/2022 à 18:11
Il certifie les comptes, il les certifie plus, Apple c'est son ennemi, le lendemain c'est son pote, il bannit les journalistes, il les bannit plus, il banni le compte ElonJet, il le dé-bannit, il le re-bannit, maintenant il banni les liens réseaux sociaux, puis il change encore d'avis et il vire la page.
Aussi bien je suis impressionné par les succès de SpaceX avec ses lanceurs réutilisables, autant la je ne suis pas ébahi par sa gestion de Twitter.
Ça fait pas très sérieux tout ça, je pense qu'il ferait mieux de prendre des vacances...

Je me demande s'il va tenir son engagement de démissionner, j'ai un doute.... Et je me demande qui il pourrait trouver pour gérer ce foutoir...
9  1 
Avatar de agripp
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 25/06/2023 à 19:42
Le mot chien désigne un animal, il n'est pas péjoratif, mais employé pour désigner un humain,il devient une insulte. De même en français le mot "nègre" est étymologiquement un doublé du mot "noir" lequel désigne une couleur et rien d'autre. Il se trouve que ce mot aurait été utilisé de façon péjorative et serait devenu une insulte. Le législateur a pris la décision d'en interdire l'usage jusque dans les nom désignant des gâteaux ou des lieux. De même cisgenre n'est certainement pas péjoratif par son étymologie, mais il peut dans la bouche ou sous la plume de certaines personnes le devenir. Il en est de même de beaucoup d'autres mots. En réalité c'est le contexte qui fait qu'un mot est dans un discours ou un texte un terme décrivant une réalité ou une insulte. Ainsi par exemple "manouche" est le nom d'une branche du peuple tsigane, branche dont les membres parlent une langue : le manouche (de même les roms - une autre branche - parlent le rom). Manouche n'est donc pas une insulte sauf si on l'emploie pour insulter quelqu'un.
8  0