IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook chercherait à exploiter en toute sécurité vos données chiffrées pour cibler les publicités,
Sur la base de vos messages WhatsApp

Le , par Stan Adkens

46PARTAGES

9  0 
Facebook envisagerait d’analyser le contenu des données chiffrées sans avoir à les déchiffrer. Selon un nouveau rapport de The Information, l'entreprise recrute des chercheurs en chiffrement homomorphique pour étudier la question. Cette technologie est censée permettre l'analyse des données sur des informations chiffrées sans en révéler ou en exposer le contenu. La société tente ainsi de faire correspondre une paire étrange, à savoir le chiffrement et les publicités. Leurs recherches pourraient permettre à Facebook de cibler des publicités sur la base de messages WhatsApp chiffrés. Facebook pourrait également utiliser ces résultats pour chiffrer les données des utilisateurs sans affecter ses méthodes de ciblage publicitaire.

Ce n'est pas parce que vos messages WhatsApp sont chiffrés de bout en bout que Facebook ne pourra pas un jour en utiliser le contenu à des fins publicitaires. Alors que l'une des principales hypothèses concernant le chiffrement est que les plateformes de messagerie elles-mêmes ne sont pas au courant de ce dont vous discutez avec vos contacts, une nouvelle initiative visant à développer des techniques de chiffrement homomorphique pourrait changer la donne.


Le chiffrement de bout en bout signifie que, grâce à une clé de chiffrement secrète, seuls l'expéditeur et le destinataire d'un message peuvent réellement le lire. WhatsApp l'a ajouté en 2016, puis a commencé à activer le chiffrement de la sauvegarde sur le Cloud pour certains utilisateurs au début de l'année. Il s'agit d'une caractéristique clé que les défenseurs de la vie privée disent de rechercher lorsque vous choisissez une plateforme de messagerie.

Pour des entreprises comme Facebook, propriétaire de WhatsApp, cependant, si offrir ce type de chiffrement devient attendu pour être compétitif, cela représente également un défi. Sans accès à vos conversations, il n'y a aucun moyen de faire de la publicité ciblée : montrer du contenu commercial en fonction des sujets de conversation, par exemple. Si l’activité d’une société consiste à gagner de l'argent en diffusant des publicités, c'est un problème.

Une réponse potentielle est connue sous le nom de chiffrement homomorphique, sur lequel Facebook a confirmé qu'il travaillait, selon le rapport. Il s'agit d'un système par lequel le traitement dans le Cloud peut être effectué sur des données chiffrées, sans avoir à les déchiffrer au préalable. Cela permet aux services de préserver la sécurité tout en faisant un meilleur usage des données des utilisateurs. En théorie, cela permettrait aux chercheurs médicaux, par exemple, de rechercher des maladies rares dans de vastes ensembles de données, sans compromettre la vie privée des patients. Cela permettrait également de détecter les fraudes sans décrypter les informations relatives aux comptes, ce qui les rendrait plus vulnérables aux pirates informatiques.

Il n'est pas surprenant que Facebook s'intéresse à cette technologie. Le rapport cite que Facebook a confirmé qu'il mettait en place une équipe de chercheurs en intelligence artificielle pour « étudier les moyens d'analyser les données chiffrées sans les déchiffrer ». L'ensemble du modèle économique de Facebook repose sur sa capacité à recueillir des informations sur l'activité, les interactions et les conversations de ses utilisateurs, puis à les utiliser pour diffuser ce qu'il appelle des "publicités personnalisées". Bien que la société n'en soit qu'au début de son développement, comme le souligne le rapport, cette recherche pourrait permettre à Facebook d'utiliser les messages WhatsApp chiffrés des utilisateurs et d'utiliser ensuite ces informations pour des publicités ciblées.

Facebook a fait l'objet d'un examen minutieux de la part des législateurs et des membres du public concernant ses pratiques en matière de protection de la vie privée. Le rapport estime que le chiffrement homomorphe pourrait être la réponse de Facebook aux préoccupations croissantes concernant la vie privée des utilisateurs et sa relation avec le modèle économique de la plateforme, qui consiste à diffuser des publicités.

Dans sa réponse au rapport, Will Cathcart, directeur de WhatsApp, a tweeté en réponse au rapport de The Information selon lequel WhatsApp n'explore pas l'utilisation du chiffrement homomorphique. Cathcart déclare qu'il faut être sceptique quant aux « affirmations techniques selon lesquelles des applications comme la nôtre pourraient voir les messages dans les "bons" cas seulement ».


Faire correspondre le chiffrement et les publicités pour faire de l'argent avec WhatsApp

Traditionnellement, si Facebook souhaitait utiliser le contenu d'une conversation WhatsApp à des fins de marketing ciblé, il devait d'abord la déchiffrer. Pour que cela se produise dans le Cloud, où cela serait le plus efficace, cela signifierait que Facebook et WhatsApp auraient besoin d'une copie de la clé de chiffrement de l'utilisateur. Cela présente, bien sûr, un risque pour la sécurité.

Avec le chiffrement homomorphe, cependant, un type de chiffrement différent permet d'effectuer des calculs sur ces données chiffrées, sans avoir accès à la clé de déchiffrement. Les résultats finaux sont également chiffrés et ne sont visibles que par une personne possédant cette clé. L'avantage est que le service Cloud peut effectuer le traitement sans voir les données elles-mêmes, ce qui préserve la sécurité.

Facebook a procédé à un changement controversé de sa politique de confidentialité au début de l'année afin d'étendre l'interaction de WhatsApp aux entreprises et aux autres applications Facebook. Cependant, si elle parvient à résoudre l'énigme de l'insertion de publicités sans casser le chiffrement, elle peut gagner beaucoup d'argent grâce aux plus de 2 milliards de personnes qui utilisent l'application gratuitement.

Selon le rapport, le chiffrement homomorphe pourrait offrir un moyen à Facebook de continuer à gagner de l'argent avec des publicités ciblées en fonction de ce qu'il sait des utilisateurs individuels, tout en répondant aux appels des législateurs à prendre la vie privée plus au sérieux et à prévenir l'utilisation abusive ou la violation de ses données. Cela pourrait également aider l'entreprise à tirer profit de WhatsApp, dont les messages sont chiffrés, ce qui signifie que Facebook ne peut pas, autrement, les utiliser pour cibler les publicités. Le nouveau moyen de contournement que Facebook envisage pourrait lui permettre d'analyser les données sans les lire réellement ou les partager directement avec les annonceurs.


Reste à savoir comment cela fonctionnerait en pratique. Un tel système pourrait être capable d'effectuer une analyse des thèmes de conversation dans le Cloud, sur des données chiffrées de chat, puis de transmettre les résultats de cette analyse à l'appareil de l'utilisateur. Là, ils seraient déchiffrés à l'aide de la clé secrète, et l'appareil les utiliserait pour extraire les publicités appropriées de la base de données de Facebook et de WhatsApp. Il en résulterait une campagne de marketing plus ciblée, sans que les données non chiffrées soient partagées au-delà du téléphone ou de l'appareil de l'utilisateur.

L'idée du chiffrement homomorphe n'est pas nouvelle. En 2011, par exemple, des chercheurs de Microsoft ont mis au point un système capable d'effectuer des additions et des multiplications de base sur des données sécurisées par un chiffrement homomorphe. Des entreprises comme IBM et Google travaillent également déjà sur ce sujet et explorent son utilisation dans des secteurs tels que la santé et la finance.

Un porte-parole de Facebook a déclaré à The Information qu'il est « trop tôt pour que nous envisagions le chiffrement homomorphe pour WhatsApp à l'heure actuelle ». Le moment où Facebook semble accélérer ses recherches sur de nouvelles façons de cibler les publicités pour les utilisateurs par le biais de leurs messages WhatsApp survient peu de temps après le déploiement par Apple de l’ATT ou App Tracking Transparency.

L’ATT est un cadre sur iOS 14.5 et plus qui exige que toutes les applications demandent le consentement de l'utilisateur avant de le suivre sur d'autres applications et sites Web. Facebook a vivement critiqué ce cadre dans les semaines qui ont précédé son lancement officiel ; toutefois, après son déploiement, Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a déclaré qu'il avait eu peu d'impact sur les performances de son entreprise jusqu'à présent.

En 2019, Facebook a révélé son intention de déployer le chiffrement de bout en bout sur l'ensemble de ses services de messagerie : Messenger, Instagram et WhatsApp. Plus tard cette année-là, les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie ont envoyé une lettre commune à Facebook, l'exhortant à ne pas faire avancer le projet « sans s'assurer qu'il n'y aura pas de réduction de la sécurité des utilisateurs de Facebook et d'autres personnes, et sans fournir aux forces de l'ordre un accès autorisé par les tribunaux au contenu des communications pour protéger le public, en particulier les enfants utilisateurs ». Quelle que soit la manière dont on l’envisage, le chiffrement est un problème épineux pour Facebook, qu'il soit ou non en mesure d'analyser les données.

Source : Tweet

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Êtes-vous utilisateur de WhatsApp ? Que pensez-vous de l’affichage de publicités sur vos messages privés ?
Quels commentaires faites-vous de la réponse de WhatsApp au rapport ?

Voir aussi :

96 % des utilisateurs d'iPhone ont refusé le suivi des applications depuis le lancement d'iOS 14.5, ce qui montre que la grande majorité des gens veulent préserver leur vie privée
Un tribunal allemand ordonne à Facebook de suspendre le partage des données avec WhatsApp, sans l'autorisation des utilisateurs
WhatsApp pourrait fermer votre compte si vous refusez de partager vos données avec Facebook, une Màj de ses conditions d'utilisation lui permettent de collecter presque toutes vos données personnelles
IBM aide les entreprises à se préparer au chiffrement entièrement homomorphe (FHE), qui permet aux données de rester chiffrées pendant leur traitement

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de phil995511
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 05/08/2021 à 12:16
Le déchiffrage de telles données, soit le hacking de données personnelles, n'est-il pas purement et tout simplement illégal ?!?
2  0 
Avatar de natponch
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 05/08/2021 à 15:17
Et vous, continuez vous d'utiliser ces services jusqu'à ne plus avoir aucun contrôle dessus, ni aucune alternative ?
😇
2  0 
Avatar de fredinkan
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/08/2021 à 13:45
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
Le déchiffrage de telles données, soit le hacking de données personnelles, n'est-il pas purement et tout simplement illégal ?!?
Sauf erreur casser le chiffrement est illégal. Si t'as une clé (très facilement créée, à plus forte raison selon la politique des données qu'ils veulent faire / ont fait accepter à tout le monde), tu lis les informations sans casser le chiffrement.
Voilà, un petit tour dans du flou juridique et hop...
1  0