IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La cryptomonnaie Libra de Facebook pourrait voir le jour dès janvier 2021 et sera adossée au dollar dans un premier temps.
Des déclinaisons en euro, yen ou livre sterling pourraient suivre

Le , par Stéphane le calme

157PARTAGES

6  0 
C'est en juin 2019 que Facebook a lancé officiellement Libra, une cryptomonnaie censée permettre d'acheter des biens ou d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané. En s'attaquant au domaine des cryptomonnaies, Facebook s'est lancé un défi de taille, tant il fait lui-même l'objet d'une grave crise de confiance après une série de scandales autour de sa gestion des données personnelles.

Dans les prévisions de Facebook, Libra devait offrir à partir du premier semestre 2020 un nouveau moyen de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels : le numéro un des réseaux sociaux y voyait la pierre angulaire d'un tout nouvel écosystème financier sans la barrière des différentes devises. Les responsables du projet ont expliqué que les usagers disposeront sur leur smartphone d'un porte-monnaie numérique pour faire leurs achats, envoyer ou recevoir de l'argent. À cet effet, comme Alphabet, Facebook a décidé d’ouvrir Calibra, une filiale chargée de s’occuper de fournir les différents services financiers autour de Libra. C'est cette filiale qui a donné son nom au porte-monnaie numérique.

Libra est donc un projet de cryptomonnaie et de monnaie virtuelle initié par Facebook que rejoint, à l'origine, un consortium de vingt-huit grandes entreprises et ONG. Il est convenu que la monnaie sera gérée par la Libra Association, une fondation sans but lucratif dont Facebook ne sera qu'une des organisations cofondatrices.

La Libra Association est une association indépendante à but non lucratif composée au départ de 28 membres et basée à Genève, en Suisse. Elle supervisera les décisions majeures concernant la cryptomonnaie. Les membres fondateurs incluent Mastercard Inc (MA.N), Visa Inc (VN), Spotify Technology SA (SPOT.N), PayPal Holdings Inc (PYPL.O), eBay Inc (EBAY.O), Uber Technologies Inc (UBER.N). et Vodafone Group Plc (VOD.L), ainsi que les sociétés de capital-risque Andreessen Horowitz et Thrive Capital. Il faut investir au minimum 10 millions de dollars, à l'exception des membres à but non lucratif tels que le groupe d'inclusion financière Kiva. L'association vise à avoir 100 membres par lancement. Chacun aura un vote sur des questions importantes. Facebook sera membre via Calibra, une filiale nouvellement créée qui offrira un portefeuille numérique pour Libra.


Libra était présentée comme une cryptomonnaie libérée des États, des banques centrales et du système financier traditionnel. Une monnaie universelle et décentralisée, portée par le plus grand réseau social au monde, soutenue par de grands acteurs du paiement (PayPal, Visa, MasterCard…), accessible — aussi — à ceux qui n'ont pas accès aux banques. Rapidement, libra s'est donc trouvée dans le viseur des régulateurs, exigeant des garanties sur la provenance des fonds, la stabilité financière ou la protection des données personnelles.

En Europe comme aux États-Unis, les élus ont indiqué clairement leur méfiance. En France, le ministre des Finances a déclaré : « Que Facebook crée un instrument de transaction, pourquoi pas. En revanche, que ça devienne une monnaie souveraine, il ne peut pas en être question ». Les cryptomonnaies posent des risques pour les consommateurs, la stabilité financière et même "la souveraineté monétaire" des États européens, ont déclaré le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Olaf Scholz, dans un communiqué conjoint publié lors d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Helsinki.

« La France et l'Allemagne considèrent que le projet Libra, tel que défini dans le plan directeur de Facebook, ne parvient pas à convaincre que ces risques seront correctement traités », ont-ils déclaré.

Aux États-Unis, les démocrates ont proposé le projet de loi « Keep Big Tech Out of Finance Act » (ou règlement pour tenir les géants de la Tech à l’écart de la finance), qui interdirait explicitement aux grandes entreprises d’Internet de fonctionner comme des institutions bancaires ou d’émettre des monnaies numériques. Cette proposition de loi cible directement le projet Libra de Facebook.

Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale des États-Unis (FED), est monté aux créneaux la semaine dernière et a appelé Facebook à suspendre le projet Libra jusqu’à ce que les inquiétudes des régulateurs du marché financier soient complètement dissipées. D’après ce dernier, « Libra soulève de nombreuses et sérieuses préoccupations en ce qui concerne la protection de la vie privée, le blanchiment d’argent, la protection des consommateurs et la stabilité financière » et ces inquiétudes doivent être traitées « en profondeur et publiquement avant d’aller de l’avant ».

En juillet 2019, Donald Trump s’était clairement positionné comme opposant au projet Libra et plus généralement à la crytomonnaie (Bitcoin, Ethereum et autres). « Si Facebook et d'autres entreprises veulent devenir une banque, elles doivent rechercher une nouvelle charte bancaire et être soumises à toutes les réglementations bancaires, à l'instar des autres banques, nationales et internationales », a écrit Trump sur Twitter. « Je ne suis pas un fan du bitcoin et d'autres cryptomonnaies, qui ne sont pas de l'argent, et dont la valeur est très volatile et basée sur de l'air », a-t-il ajouté.

Des exemples d'éléments qui ont provoqué un rétropédalage des sociétés de paiement comme MasterCard, Visa et Stripe. Une succession d'évènements qui ont contraint Facebook a ralentir son processus de lancement. Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a déclaré durant une audience devant le Congrès que Facebook ne lancera pas de cryptomonnaie tant que les régulateurs américains n'auront pas donné leur approbation.


Un lancement prévu pour janvier 2021

Ce vendredi 27 novembre, le Financial Times a rapporté que la cryptomonnaie de Facebook devrait être lancée en janvier 2021, mais dans une version limitée pour commencer (elle ne devrait donc être accepté que par un nombre restreint de partenaires parmi lesquels Uber et Spotify en tant que membre de l'association). Ce sera une stablecoin adossée au dollar (1 Libra dollar vaudra 1 dollar). Il ne manquerait plus, en réalité, que l'accord de la Swiss Financial Market Supervisory Authority (le siège de la Libra Association étant installé à Genève), pour que la cryptomonnaie puisse être opérationnelle.

Le groupe américain veut lancer ensuite les autres déclinaisons de sa monnaie adossées aux grandes monnaies comme l'euro, yen ou livre sterling. Il couvrira ainsi tous les grands marchés. Il avait renoncé à son projet initial ambitieux d'avoir une seule crypto adossée à un panier de devises (euro, dollar, yen…).

Source : Financial Times

Et vous ?

Que pensez-vous de Libra ?
Êtes-vous tenté de l'essayer ? Quelle en serait la plus-value ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/11/2020 à 12:21
J'attend patiemment de voir le premier péquin venu se faire confisquer ses libras pour un commentaire désobligeant sur une photo quelconque. Déjà on lui clôturera son compte, donc son portefeuille, d'un claquement de doigt.
Et il s'agit bien là d'argent de monopoly saisissable instantanément, et pour lequel vous n'avez aucun recours juridique.
6  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/11/2020 à 19:32
On n'a plus le droit de battre notre monnaie mais une entreprise elle le peut...
4  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 02/12/2020 à 19:48
La Libra Association change de nom et devient la Diem Association « qui marque un nouveau jour pour le projet »,
elle voudrait travailler son image avant le lancement de la cryptomonnaie de Facebook prévu pour janvier 2021

En juin 2019, Facebook a lancé officiellement Libra, une cryptomonnaie censée permettre d'acheter des biens ou d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané. En s'attaquant au domaine des cryptomonnaies, Facebook s'est lancé un défi de taille, tant il fait lui-même l'objet d'une grave crise de confiance après une série de scandales autour de sa gestion des données personnelles.

Libra était présentée comme une cryptomonnaie libérée des États, des banques centrales et du système financier traditionnel. Une monnaie universelle et décentralisée, portée par le plus grand réseau social au monde, soutenue par de grands acteurs du paiement (PayPal, Visa, MasterCard…), accessible — aussi — à ceux qui n'ont pas accès aux banques.

Il est convenu que la monnaie sera gérée par la Libra Association, une fondation sans but lucratif dont Facebook ne sera qu'une des organisations cofondatrices.

La Libra Association est une association indépendante à but non lucratif composée au départ de 28 membres et basée à Genève, en Suisse. Elle supervisera les décisions majeures concernant la cryptomonnaie. Les membres fondateurs incluent Mastercard Inc (MA.N), Visa Inc (VN), Spotify Technology SA (SPOT.N), PayPal Holdings Inc (PYPL.O), eBay Inc (EBAY.O), Uber Technologies Inc (UBER.N). et Vodafone Group Plc (VOD.L), ainsi que les sociétés de capital-risque Andreessen Horowitz et Thrive Capital. Il faut investir au minimum 10 millions de dollars, à l'exception des membres à but non lucratif tels que le groupe d'inclusion financière Kiva. L'association vise à avoir 100 membres par lancement. Chacun aura un vote sur des questions importantes. Facebook sera membre via Calibra, une filiale nouvellement créée qui offrira un portefeuille numérique pour Libra.

Seulement, les obstacles se font de plus en plus haut ; dans le sillage des scandales éclaboussant Facebook, des craintes des régulateurs qui ont exigé des garanties sur la provenance des fonds, la stabilité financière ou la protection des données personnelles, certains membres quittent le navire. En effet, sept des membres les plus importants du projet Libra, dont PayPal, Stripe, Visa, eBay et Mastercard, se sont retirés du projet au fur et à mesure des déclarations des régulateurs financiers de nombreux pays.

Le bout du tunnel semble de plus en plus loin pour Facebook et la date de lancement s'éloigne de plus en plus des prévisions de départ.


Comme une éclaircie, le Financial Times a rapporté fin novembre que la cryptomonnaie de Facebook devrait être lancée en janvier 2021, mais dans une version limitée pour commencer (elle ne devrait donc être accepté que par un nombre restreint de partenaires parmi lesquels Uber et Spotify en tant que membre de l'association). Ce sera une stablecoin adossée au dollar (1 Libra dollar vaudra 1 dollar). Il ne manquerait plus, en réalité, que l'accord de la Swiss Financial Market Supervisory Authority (le siège de la Libra Association étant installé à Genève), pour que la cryptomonnaie puisse être opérationnelle.

Le groupe américain veut lancer ensuite les autres déclinaisons de sa monnaie adossées aux grandes monnaies comme l'euro, yen ou livre sterling. Il couvrira ainsi tous les grands marchés. Il avait renoncé à son projet initial ambitieux d'avoir une seule crypto adossée à un panier de devises (euro, dollar, yen…).

Nouveau départ pour la Libra Association ?

Le timing de l'annonce peut ressembler à un soupir de soulagement et à un désir de prouver au public que l'association voudrait s'éloigner le plus possible du regard de suspicion porté à Facebook quant à son entrée dans cette industrie. La Libra a décidé de changer son nom de baptême.

Dans un billet de blog, elle avance :

« L'Association Libra annonce l'adoption d'un nouveau nom et le recrutement de cadres clés, renforçant son indépendance organisationnelle. Passant maintenant au nom "Diem", qui marque un nouveau jour pour le projet, l'Association Diem continuera à poursuivre une mission de construction d'un système de paiement sûr, sécurisé et conforme qui autonomise les personnes et les entreprises du monde entier. L’Association s’est attachée à faire en sorte que le projet soit conçu pour répondre aux attentes réglementaires, conformément aux principes directeurs de l’Association en matière d’innovation, d’inclusion et d’intégrité ».

« Le projet Diem fournira une plateforme simple pour que l’innovation fintech prospère et permette aux consommateurs et aux entreprises de mener des transactions instantanées, peu coûteuses et hautement sécurisées », a déclaré Stuart Levey, PDG de Diem Association. « Nous nous engageons à le faire de manière à promouvoir l'inclusion financière - en élargissant l'accès à ceux qui en ont le plus besoin et en protégeant simultanément l'intégrité du système financier en dissuadant et en détectant les comportements illicites. Nous sommes ravis de présenter Diem - un nouveau nom qui marque la maturité et l'indépendance croissantes du projet ».

Dans le cadre des efforts visant à obtenir l'approbation réglementaire et à progresser vers le lancement, Diem a récemment attiré un groupe de professionnels de classe mondiale pour aider à diriger l'Association et Diem Networks, la filiale qui est l'opérateur du système de paiement réglementé. Cela comprend la nomination de Dahlia Malkhi en tant que chef de la technologie de l’association, Christy Clark en tant que chef de cabinet, Steve Bunnell en tant que chef des affaires juridiques et Kiran Raj en tant que vice-président exécutif pour la croissance et l’innovation et avocat général adjoint.

En outre, Diem Networks a récemment annoncé la nomination de James Emmett en tant que directeur général, Sterling Daines, en tant que chef de la conformité, Ian Jenkins en tant que directeur financier et des risques, et Saumya Bhavsar en tant que directeur juridique. « Il s'agit d'un groupe exceptionnel de cadres et la mise en place du Comité exécutif de Diem Networks aux côtés des dirigeants et collègues existants est une étape cruciale pour que Diem fonctionne avec une autonomie appropriée », a déclaré Levey.

Avec l'équipe désormais en place, l'Association Diem donne la priorité à la préparation technologique et opérationnelle pour le lancement. « L'évolution du projet résulte d'un engagement continu constructif avec les gouvernements, les régulateurs et d'autres parties prenantes clés », a déclaré Levey. Il existe un consensus croissant dans le monde entier sur la nécessité de moderniser l'infrastructure financière et les cadres réglementaires pour répondre aux demandes changeantes des consommateurs et suivre le rythme de l'innovation mondiale dans les paiements numériques. L'Association s'est engagée à ne procéder qu'après avoir reçu l'approbation réglementaire, y compris une licence de systèmes de paiement pour la filiale opérationnelle de l'Association de la FINMA. Le processus d'autorisation est en cours et la filiale opérationnelle de l'Association entretient un dialogue actif et productif avec la FINMA.


Un changement de nom qui fait suite au changement du nom de la filiale de Facebook

Ce n’est plus Calibra qui sera propriétaire du wallet, la compagnie ayant subi un procès pour contrefaçon de marque avec son logo trop similaire à Current. Le 26 mai 2020, Facebook a annoncé que Calibra devenait Novi :

« Aujourd'hui, nous sommes ravis de présenter Novi, le nouveau nom et la nouvelle marque du portefeuille numérique qui aideront les gens à envoyer et à conserver des devises numériques Libra. Bien que nous ayons changé le nom de Calibra, nous n’avons pas changé notre engagement à long terme à aider les gens du monde entier à accéder à des services financiers abordables. Que vous envoyiez de l'argent à la maison pour soutenir les membres de votre famille qui vous ont soutenu ou que vous receviez de l'argent de vos amis, où qu'ils se trouvent, le portefeuille Novi fera que l'argent fonctionne mieux pour tout le monde.

« Novi a été inspiré par les mots latins "novus" pour "nouveau" et "via" pour "chemin". C’est une nouvelle façon d’envoyer de l’argent, et la nouvelle identité visuelle et le design de Novi représentent le mouvement fluide des monnaies numériques. Nous avons également inclus un clin d'œil à l'icône Libra dans le logo de la marque pour souligner notre engagement envers le réseau Libra.

« Avec Novi, envoyer de l'argent sera aussi simple que d'envoyer un message. Vous pourrez utiliser Novi en tant qu'application autonome, ainsi que dans Messenger et WhatsApp. Il n'y aura pas de frais cachés pour ajouter, envoyer, recevoir ou retirer de l'argent et vos transferts arriveront instantanément. Tous les clients Novi seront vérifiés à l'aide d'une pièce d'identité émise par le gouvernement et des protections contre la fraude seront intégrées dans toute l'application. Et, chaque fois que vous en avez besoin, vous aurez accès 24h / 24 et 7j / 7 à notre équipe d'assistance et de service client par chat.

« Notre espoir est de présenter une première version de Novi lorsque le réseau Libra sera disponible. Nous allons le déployer dans un premier ensemble de pays, avec des fonctionnalités qui rendront les transferts d'argent transfrontaliers instantanés, sécurisés et sans frais cachés ».

Source : Diem, Facebook (Novi)

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de cette décision ?
5  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/11/2020 à 10:42
Citation Envoyé par Jiji66 Voir le message
C'est aux peuples de reprendre ce droit ; même si il est très imparfait, le Bitcoin est un excellent exemple de souveraineté populaire.
La "souveraineté populaire"?

Mais qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme connerie!

Depuis quand une société privée américaine comme Facebook est une émanation de la "souveraineté populaire"?

Il va de la Libra comme des autres crypto-monnaies, elles sont toujours créées et gérées par des organisations tenues par de parfaits inconnus auto-proclamés quand ce n'est pas par des gens qui veulent rester anonymes. L'évolution de leurs valeurs dépend des activités de gros acteurs tout aussi anonymes qui manipulent ces "monnaies" d'autant plus facilement qu'elles ne reposent sur aucune activité économique réelle.

Pour information, les monnaies classiques sont organisées par des états, qui a part quelques républiques bananières, sont eux une émanation de la "souveraineté populaire"!
3  1 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/11/2020 à 11:30
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Le "c'est pas parfait" est un euphémisme.
Le dollar est assuré par l'armée US, quand un pays veut se passer du dollar ça se passe mal, voir ce qui est arrivé en Irak et en Libye (Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi voulaient vendre leur pétrole dans une autre monnaie que le dollar).
Le plus gros problème du dollar c'est l'extra territorialité du droit US. Les USA imposent leur règles au monde entier, parce que le dollar est la monnaie des échanges internationaux.
C'est une conclusion un peu trop directe. Je ni nie pas que ça ait pu jouer, mais les USA avaient de nombreux contentieux avec ces pays, pas que sur le dollar. D'ailleurs, Kadafi, c'est plus ses problèmes avec Sarkozy qui ont entrainé sa perte que les USA qui étaient plutôt froid à la base.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je ne vois pas très bien où elle le problème avec l'indexation sur l'or. C'est infiniment mieux que le système actuel. Les gens pourraient perdent confiance dans le dollar et le refuser.
Je pense que l'or est meilleur que l'économie d'un seul pays, mais il ne reste pas moins un bien de marché comme un autre qui a une valeur assez contextuelle.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Les dollars ne sont que des nombres dans des bases de données alors que l'or est quelque chose de physique avec des propriétés intéressantes, on ne pourra jamais en créer à l'infini contrairement aux dollars.
Les propriété intrinsèques de l'or ne sont pas celles qui font sa valeur. Il n'a pas une utilité exceptionnelle en soi : il sert principalement pour la bijouterie et de manière assez modéré dans les produit technologiques. Il n'a rien de vraiment nécessaire au bon fonctionnement de la société.
Le jour ou tu as une crise qui provoque un effondrement brutal des USA, l'impact sera forcément mondial et probablement catacysmique, et je pense que l'achat d'or ne te servira pas a grand chose dans se contexte. Les priorités seront différentes.
1  0 
Avatar de Jiji66
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/11/2020 à 15:12
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
La "souveraineté populaire"?

Mais qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme connerie!
Un dénommé Abraham LINCOLN (mort assassiné) a dis il y a maintenant longtemps : "Un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple"

Personnellement j'adhère à cette formule qui permet de respecter la "souveraineté populaire". Maintenant qu'il y ait des représentants de la Suisse qui préfèrent une système royaliste; pourquoi pas ! Mais ce n'est pas une raison pour dire qu'une "souveraineté populaire" est une connerie sans amener aucun argumentaire qui expliquerait le pourquoi.

Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Depuis quand une société privée américaine comme Facebook est une émanation de la "souveraineté populaire"?
Depuis que la libre entreprise existe et permet aux habitants d'un pays (le peuple) de créer (souverainement) une entreprise. Le cas ou c'est un état qui crée les entreprises s'appelle le communisme. Donc, comme il se trouve que la société privée américaine FacedeBook est l'émanation d'un dénommé Zuckerberg, elle est bien l'émanation d'un personnage appartenant à un peuple qui a encore souveraineté de la liberté d'entreprendre.

Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Il va de la Libra comme des autres crypto-monnaies, elles sont toujours créées et gérées par des organisations tenues par de parfaits inconnus auto-proclamés quand ce n'est pas par des gens qui veulent rester anonymes. L'évolution de leurs valeurs dépendent des activités de gros acteurs tous aussi anonymes qui manipulent ces "monnaies" d'autant plus facilement qu'elles ne reposent sur aucune activité économique réelle.
Grosse méconnaissance de ce qu'est une crypto-monnaie; Si le Libra est effectivement une monaie créée et gérée par FacedeBook, le Bitcoin est créée et géré par un code informatique auquel les utilisateurs adhèrent. Chaque utilisateur de ce code contrôle une partie du Bitcoin et vois la totalité des transactions, ce qui garantie l'intégrité face à une action malveillante. Renseigne toi; un vrai informaticien se doit de savoir ce qu'est une base de donnée distribuée, un algorithme de consensus et une protection cryptographique.

Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Pour information, les monnaies classiques sont organisées par des états, qui a part quelques républiques bananières, sont eux une émanation de la "souveraineté populaire"!
ca c'est dans le monde actuel et c'est la raison pour laquelle nous en sommes esclaves. Avant le 15 Août 1971, les monnaies étaient définies par rapport au Dollar et celui-ci était directement convertible en Or. Cela signifie que si j'avais envie de creuser dans mon jardin pour trouver de l'or et l'échanger contre de la monnaie, je pouvais souverainement le faire ! Maintenant c'est fini et il est désolent de voir qu'il y a des personnes qui pensent que la monnaie doit être une prérogative étatique sans souveraineté populaire.
0  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 29/11/2020 à 11:53
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
On n'a plus le droit de battre notre monnaie mais une entreprise elle le peut...
Tu as tout a fait le droit de battre ta propre monnaie tant que ça n'est pas une contrefaçon d'une monnaie existante.

Citation Envoyé par Jiji66 Voir le message
Un dénommé Abraham LINCOLN (mort assassiné) a dis il y a maintenant longtemps : "Un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple"

Personnellement j'adhère à cette formule qui permet de respecter la "souveraineté populaire". Maintenant qu'il y ait des représentants de la Suisse qui préfèrent une système royaliste; pourquoi pas ! Mais ce n'est pas une raison pour dire qu'une "souveraineté populaire" est une connerie sans amener aucun argumentaire qui expliquerait le pourquoi.
Une citation hors-contexte pour paraitre cultivé, ça n'aide pas a avoir raison.
C'est quand même toi qui a avancé en premier que le Bitcoin était une avancée pour la souveraineté populaire sans le moindre argument. Anselme45 a fourni des arguments que tu as le droit de critiquer, mais il a clairement expliqué en quoi, pour lui, les Bitcoins n'étaient pas un outil d'émancipation du peuple.

Citation Envoyé par Jiji66 Voir le message
Depuis que la libre entreprise existe et permet aux habitants d'un pays (le peuple) de créer (souverainement) une entreprise. Le cas ou c'est un état qui crée les entreprises s'appelle le communisme. Donc, comme il se trouve que la société privée américaine FacedeBook est l'émanation d'un dénommé Zuckerberg, elle est bien l'émanation d'un personnage appartenant à un peuple qui a encore souveraineté de la liberté d'entreprendre.
Sauf que quand une entreprise commence à avoir les mêmes pouvoirs qu'un état, la souveraineté du peuple sur lui même est tout autant menacée. Elle est juste menacé par une entreprise plutôt qu'un état. Au final c'est même pire car, même si ça n'est pas toujours vrai en pratique, l'état est là pour représenter le peuple, une société privée absolument pas.

Citation Envoyé par Jiji66 Voir le message
Grosse méconnaissance de ce qu'est une crypto-monnaie; Si le Libra est effectivement une monaie créée et gérée par FacedeBook, le Bitcoin est créée et géré par un code informatique auquel les utilisateurs adhèrent. Chaque utilisateur de ce code contrôle une partie du Bitcoin et vois la totalité des transactions, ce qui garantie l'intégrité face à une action malveillante. Renseigne toi; un vrai informaticien se doit de savoir ce qu'est une base de donnée distribuée, un algorithme de consensus et une protection cryptographique.
Il y a juste une mécompréhension. La blockchain garantit en effet que les transactions sont techniquement valides, personne ne met cela en cause. Cependant ça ne garantit absolument pas que le système monétaire qu'elle permet de mettre en place est profitable au peuple souverain à plus haut niveau. Comme il n'y a aucune autorité de pilotage comme une BCE, Fed, BdF, ... la monnaie est entièrement soumise à la spéculation qui est rarement dans l’intérêt du peuple.

Citation Envoyé par Jiji66 Voir le message
Avant le 15 Août 1971, les monnaies étaient définies par rapport au Dollar et celui-ci était directement convertible en Or. Cela signifie que si j'avais envie de creuser dans mon jardin pour trouver de l'or et l'échanger contre de la monnaie, je pouvais souverainement le faire ! Maintenant c'est fini et il est désolent de voir qu'il y a des personnes qui pensent que la monnaie doit être une prérogative étatique sans souveraineté populaire.
En effet le Dollar était garanti par l'or. Maintenant, il l'est par l'économie des États-Unis. C'est pas parfait (l'indexation sur l'or était loin d'être parfaite aussi), mais ça reste infiniment mieux que le Bitcoin qui est garanti par juste rien du tout.
1  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/11/2020 à 8:21
Citation Envoyé par Uther Voir le message
En effet le Dollar était garanti par l'or. Maintenant, il l'est par l'économie des États-Unis. C'est pas parfait
Le "c'est pas parfait" est un euphémisme.
Le dollar est assuré par l'armée US, quand un pays veut se passer du dollar ça se passe mal, voir ce qui est arrivé en Irak et en Libye (Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi voulaient vendre leur pétrole dans une autre monnaie que le dollar).
Le plus gros problème du dollar c'est l'extra territorialité du droit US. Les USA imposent leur règles au monde entier, parce que le dollar est la monnaie des échanges internationaux.

Citation Envoyé par Uther Voir le message
(l'indexation sur l'or était loin d'être parfaite aussi)
Je ne vois pas très bien où elle le problème avec l'indexation sur l'or. C'est infiniment mieux que le système actuel. Les gens pourraient perdent confiance dans le dollar et le refuser.
Les dollars ne sont que des nombres dans des bases de données alors que l'or est quelque chose de physique avec des propriétés intéressantes, on ne pourra jamais en créer à l'infini contrairement aux dollars.

Tant que rien ne nous oblige à utiliser du bitcoin ou de la libra, il n'y aucun problème. Chacun fait ce qu'il veut, il peut acheter du franc Suisse, de la couronne Norvégienne, du bitcoin, etc.
Par contre il est beaucoup plus difficile de se passer du dollar et ça c'est un vrai problème.

L'hégémonie des USA ne va pas durer éternellement, ce pays finira par s'effondrer.
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/11/2020 à 12:34
Citation Envoyé par Uther Voir le message
C'est une conclusion un peu trop directe.
En attendant les USA protègent le pétrodollar, les USA ne toléreront jamais que l'ensemble des producteurs de pétrole se mettent à utiliser une autre monnaie pour vendre leur pétrôle.

Citation Envoyé par Uther Voir le message
Je pense que l'or est meilleur que l'économie d'un seul pays
Surtout maintenant que l'économie va très mal.

Citation Envoyé par Uther Voir le message
Le jour ou tu as une crise qui provoque un effondrement brutal des USA, l'impact sera forcément mondial et probablement catacysmique, et je pense que l'achat d'or ne te servira pas a grand chose dans se contexte. Les priorités seront différentes.
Ce qui est certains c'est qu'à ce moment là, les dollars n'auront plus aucune valeur. Ça finirait comme en Allemagne dans les années 1920 (il y a eu de l'hyperinflation, donc c'est plus impressionnant) :


Alors que tout le monde accepterait des pièces d'or ou d'argent.
L'or ne peut pas perdre 100% de sa valeur, alors que le dollar, l'euro, le yen, si.
Pour garantir un peu de patrimoine c'est un bon plan d'acheter de l'or physique (même si il y a des manipulations massives qui font baisser le cours) :
0  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/11/2020 à 15:52
Encore une fois tu me ressorts l'exemple de l’Allemagne des années 20 avec des graphiques et maintenant des photos.
Mais la situation n'a rien de comparable. La super inflation allemande était voulue par le gouvernement Allemand qui pouvaient se le permettre car leur monnaie n'avait aucun poids à l'international. Les USA n'ont aucun intérêt a organiser ça : ils veulent que le dollar reste une valeur de référence a l'international.
0  0