IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook ne lancera pas de cryptomonnaie tant que les régulateurs américains n'auront pas donné leur approbation
A déclaré Mark Zuckerberg devant le Congrès américain

Le , par Bill Fassinou

283PARTAGES

6  0 
Mark Zuckerberg a comparu devant le Congrès américain cette semaine dans l’objectif de défendre les biens fondés de son projet de cryptomonnaie Libra. Devant une commission des services financiers du Congrès américain à Washington, Mark Zuckerberg a déclaré que la société attendra le feu vert des autorités de régulation américaines avant de lancer sa cryptomonnaie dans le pays et ailleurs dans le monde. Il a dit que Facebook quitterait même l'association Libra si d'autres entreprises cherchaient à lancer la monnaie sans cette approbation.

Ce mercredi, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook Inc., a comparu devant une commission des services financiers du Congrès américain à Washington. Le PDG de 35 ans a défendu devant les parlementaires les avantages de son projet de cryptomonnaie Libra, une monnaie numérique mondiale qui aiderait à ouvrir les systèmes financiers aux pauvres et aux sous-bancarisés du monde entier. Il s'est également défendu contre des questions agressives sur l'ingérence électorale, la liberté d'expression, les groupes haineux et le passage de Facebook au chiffrement et l'impact que cela aurait sur la capacité de dissimuler les criminels.

Sur la question concernant la cryptomonnaie Libra, Zuckerberg a déclaré que la société a ralenti dans le processus de lancement et qu’elle attend l’aval des autorités de régulation. Cependant, les parlementaires, républicains comme démocrates, voient la chose autrement. Ils ne font pas confiance à l’entreprise pour offrir des services financiers à plus de 2,4 milliards d'utilisateurs à travers le monde en raison de ses antécédents en matière de sécurité, de confidentialité et de violation de données. Ils ont critiqué Facebook sur son incapacité à réprimer l'exploitation des enfants en ligne, la désinformation politique et les failles de sécurité.


Ils sont sceptiques quant à la confiance que l'on devrait accorder à Facebook dans ce projet. « Le modèle interne de Facebook a longtemps été “Bouge vite et casse tout”. M. Zuckerberg, nous ne voulons pas briser le système monétaire international », a déclaré la représentante démocrate Nydia Velazquez. La majorité d’entre eux considèrent qu’il serait bénéfique pour tous que Facebook se concentre sur ses nombreux déficiences et échecs avant d'aller plus loin dans le projet Libra. Le PDG n’a pas réussi à apporter de réponses satisfaisantes aux inquiétudes des parlementaires, mais il a déclaré que la société attendrait l’aval des autorités.

Mark Zuckerberg a déclaré que Facebook insisterait pour obtenir l'approbation réglementaire des États-Unis avant de lancer Libra. Il a dit que Facebook quitterait même l'association Libra si d'autres entreprises cherchaient à lancer la monnaie sans cette approbation. Il a déclaré qu’il ne comptait absolument rien lancer de son côté, y compris à l’étranger, tant qu’il ne recevrait pas l’approbation claire des autorités de régulation américaines. Cela n'a pas empêché d’autres parlementaires de lui poser d’autres questions plus virulentes au sujet du récent départ du projet Libra de grandes sociétés comme Visa et PayPal.

En effet, la cryptomonnaie Libra de Facebook est dirigée par l’association Libra, un consortium suisse comprenant environ 28 sociétés des secteurs de la finance, des télécommunications, de l’e-commerce et des technologies. Seulement, ces dernières semaines, l’on a noté quelques départs de certaines des sociétés qui composent l’association. MasterCard, Visa, eBay, Stripe et Mercado Pago, membres fondateurs de l’association, ont annoncé le vendredi qu’ils abandonnent le projet de cryptomonnaie. Une semaine auparavant, la société de paiement en ligne PayPal a été la première société à avoir quitté l’association.

Zuckerberg explique pourquoi PayPal et d'autres se sont retirés du projet Libra

Pour en savoir plus sur la cause de ces retraits, la représentante républicaine Ann Wagner a insisté auprès de Zuckerberg pour connaître les raisons pour lesquelles tant d'entreprises ont abandonné le projet Libra. « Vous avez perdu ces partenaires stables et je trouve cela très inquiétant », a-t-elle déclaré. « Pourquoi un certain nombre des membres fondateurs se demandent-ils si vous êtes en mesure de respecter nos normes en matière de blanchiment d'argent et de réglementation ? », a demandé Wagner à Zuckerberg. Ce dernier a simplement répondu que ces sociétés se sont retirées parce que Libra est un « projet risqué ».

Il a ajouté qu’en plus de cela, ces sociétés n’étaient pas sûres que le projet aboutirait. Sur les autres questions qui lui ont été adressées, Mark Zuckerberg a reconnu les déboires de l’entreprise et a promis que la société fait tout pour éviter des circonstances pareilles dans l’avenir. La représentante Maxine Waters, la présidente du groupe d'experts, a interrogé Zuckerberg sur les mesures prises par Facebook pour lutter contre la désinformation et la répression électorale avant l'élection présidentielle américaine de novembre 2020. Elle a également suggéré que les décideurs politiques envisagent de démanteler Facebook.

Waters avait précédemment demandé l'arrêt du projet Libra avant son lancement prévu en 2020 et a rédigé un projet de loi qui interdirait aux entreprises de technologie d'accéder aux services financiers. De son côté, Zuckerberg a fait savoir à ses interlocuteurs que son entreprise et lui reconnaissent les torts qui leur sont reprochés. Il a dit qu'il a compris que le géant des médias sociaux n'était pas le « messager idéal » pour le projet Libra et que l'entreprise a « du travail à faire pour bâtir la confiance ». Par contre, Zuckerberg a ajouté que les faux pas du passé ne devraient pas faire obstacle au projet Libra.

Il a comparu pour la dernière fois devant le Congrès en avril 2018 lorsqu'il a répondu à environ 10 heures de questions pendant deux jours de la Chambre des représentants et du Sénat sur l'utilisation abusive des données des utilisateurs de Facebook par la société britannique de conseil politique Cambridge Analytica, des données qui ont aidé à influencer les élections présidentielles américaines de 2016. Pour cette fois, Zuckerberg a également répondu à des questions sur des problèmes persistants de l'entreprise comme ses mesures pour empêcher les deepfakes ou sur ses mesures contre l’ingérence dans les prochaines élections présidentielles.

Facebook a lancé la cryptomonnaie Libra en juin, une monnaie virtuelle qui devrait permettre d'acheter des biens ou d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané. En s'attaquant au domaine des cryptomonnaies, Facebook se lance un défi de taille, tant il fait lui-même l'objet d'une grave crise de confiance après une série de scandales autour de sa gestion des données personnelles. Libra doit offrir à partir du premier semestre 2020 un nouveau moyen de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels : elle se veut la pierre angulaire d'un tout nouvel écosystème financier sans la barrière des différentes devises.

Mais très vite, le projet a suscité tout type de réactions et a attiré l’attention des régulateurs du système financier, ce dans plusieurs pays du monde. Toutefois, à l’issue de sa comparution de ce mercredi, Zuckerberg a quand même obtenu le soutien de certains représentants républicains à l’instar de Patrick McHenry. Selon lui, le gouvernement ne devrait pas empêcher le secteur privé d'innover. « J'ai mes propres scrupules au sujet de Facebook et de Libra et des faiblesses de Big Tech », a déclaré Patrick McHenry, représentant républicain. « Mais si l'histoire nous a appris quelque chose, il vaut mieux être du côté de l'innovation américaine ».

En Europe, les pays sont sur la défensive quant à la cryptomonnaie Libra. Certains États continuent de s’opposer au projet de monnaie mondiale de Facebook. Vendredi dernier, Bruno Le Maire, le ministre français de l’Économie, a annoncé que la France, l’Italie et l’Allemagne préparaient ensemble une série de mesures pour interdire en Europe la future cryptomonnaie, a rapporté L’AFP. « Nous prendrons dans les semaines qui viennent, notamment avec Olaf Scholz et Roberto Gualtieri, mes homologues allemand et italien, un certain nombre d’initiatives pour marquer clairement que Libra n’est pas la bienvenue en Europe, parce que c’est notre souveraineté qui est en jeu », a déclaré Le Maire.

Sources : Reuters, Bloomberg

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Libra : la nouvelle cryptomonnaie de Facebook basée sur la blockchain avec son propre portefeuille numérique. Un Bitcoin-killer ?

Visa, MasterCard, Stripe et eBay quittent le projet Libra de Facebook, laissant le projet naissant sans les sociétés de paiement majeures

Les Européens veulent interdire Libra, la monnaie numérique de Facebook. La monétaire ne devrait pas être aux mains d'une multinationale privée comme Facebook, d'après Bruno Le Maire

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 07/02/2020 à 12:25
MasterCard a quitté Libra en raison de ses préoccupations concernant la conformité, la monétisation et l'ingérence de Facebook dans les transactions,
selon Ajay Banga, PDG de MasterCard

MasterCard, Visa et Stripe ont quitté le projet Libra de FACEBOOK en octobre dernier. L'initiative de cryptomonnaie de FACEBOOK s’est très vite retrouvée sans les principaux cadors de la finance qui le soutenaient au début. Quelques mois plus tard, dans une interview accordée au média britannique Financial Times, le PDG de MasterCard, Ajay Banga, a déclaré qu’il s’est retiré du projet Libra de FACEBOOK principalement à cause de ses inquiétudes sur la conformité de la monnaie virtuelle, la fabrication d’argent ainsi que les portefeuilles.

Après le retrait des plus grandes sociétés de paiement comme Visa ou PayPal du projet Libra, beaucoup d’entre elles n’ont pas fourni d’explications sur ce qui a motivé leur départ du projet. Mais cette semaine, Ajay Banga est passé aux aveux et a livré au Financial Times pourquoi sa société et lui se sont retirés. Il s'est retiré parce que les dirigeants de Libra ne voulaient pas s'engager à respecter les lois. Il ne voyait pas comment Libra pourrait rapporter de l'argent, et il s’est dit choqué par le projet de FACEBOOK de stocker les pièces dans ses portefeuilles numériques Calibra.

Selon ses explications, sa société et lui ne sachant pas de quelle façon Libra leur rapportera de l’argent, il était inquiet de gagner de l’argent par des moyens peu scrupuleux. « Quand vous ne comprenez pas comment l'argent se fait, il se fait d'une manière que vous n'aimez pas », a-t-il déclaré. Banga a également nourri d’inquiétude sur la façon dont FACEBOOK comptait stocker les pièces des utilisateurs. Pourquoi garder les pièces dans son portefeuille numérique, Calibra, alors qu’il présente Libra comme un réseau décentralisé alimenté par divers partenaires ?


« Il est passé de cette idée altruiste à son propre portefeuille », a déclaré Banga au journal. « Je me suis dit : ça ne sonne pas bien ». Banga s'est demandé comment le réseau pourrait être financièrement inclusif si les personnes qui sont payées en pièces de monnaie en Libra doivent les stocker dans des portefeuilles en Calibra avant de les reconvertir en dollars pour acheter des marchandises. « Je ne comprends pas comment cela fonctionne », a-t-il déclaré. Les plans de FACEBOOK concernant la Balance ont fait l'objet d'un examen approfondi ces derniers mois.

En effet, Libra, la monnaie virtuelle de FACEBOOK a été dévoilée au grand public en juin 2019. À la longue, elle est censée permettre d'acheter des biens et services ou bien d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané. Mais très vite, les instances de réglementation aux USA et à l'international s’en sont mêlées et le projet a été comme remis au placard pour le moment. Libra a soulevé plusieurs inquiétudes quant à sa stabilité financière, le blanchiment d'argent, la protection de la vie privée ou encore la confidentialité des utilisateurs.

Selon Jerome Powell, le président de la FED (la Réserve fédérale des États-Unis), ces inquiétudes doivent être bien traitées avant d’aller plus loin. Le président Donald Trump a aussi attaqué FACEBOOK et d’autres cryptomonnaies en demandant aux entreprises de rechercher une charte bancaire et de se soumettre à la réglementation dans le pays et dans le monde si elles souhaitent « devenir une banque ». Le ministre français de l’Économie, Bruno le Maire, a lui déclaré que Libra ne remplit pas les conditions nécessaires pour être une monnaie courante dans le pays.

Les régulateurs de la concurrence de l'UE analysent Libra. Dans le pays d’origine de la monnaie, les législateurs américains ont interrogé le PDG Mark Zuckerberg en octobre sur des sujets tels que le traitement des données financières par FACEBOOK, sa coopération avec les régulateurs et les raisons pour lesquelles il veut développer un substitut au dollar. Au cours de l'audience, Mark Zuckerberg a tout simplement déclaré que « FACEBOOK ne lancera pas de cryptomonnaie dans le pays tant que les régulateurs n'auront pas donné leur approbation ».

Source : Financial Times

Et vous ?

Que pensez-vous des raisons avancées par Ajay Banga ?

Voir aussi

Visa, MasterCard, Stripe et eBay quittent le projet Libra de Facebook, laissant le projet naissant sans les sociétés de paiement majeures

Libra : la nouvelle cryptomonnaie de Facebook basée sur la blockchain avec son propre portefeuille numérique. Un Bitcoin-killer ?

Facebook ne lancera pas de cryptomonnaie tant que les régulateurs américains n'auront pas donné leur approbation, a déclaré Mark Zuckerberg devant le Congrès américain

Bruno Le Maire estime que la France ne peut autoriser le développement de Libra sur le sol européen vu les risques systémiques que cela induit, notamment sur la souveraineté monétaire des États

« Les conditions ne sont pas remplies pour que la France accepte l'utilisation de Libra », a déclaré Bruno Le Maire
9  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/11/2020 à 12:21
J'attend patiemment de voir le premier péquin venu se faire confisquer ses libras pour un commentaire désobligeant sur une photo quelconque. Déjà on lui clôturera son compte, donc son portefeuille, d'un claquement de doigt.
Et il s'agit bien là d'argent de monopoly saisissable instantanément, et pour lequel vous n'avez aucun recours juridique.
6  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/11/2020 à 19:32
On n'a plus le droit de battre notre monnaie mais une entreprise elle le peut...
4  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 02/12/2020 à 19:48
La Libra Association change de nom et devient la Diem Association « qui marque un nouveau jour pour le projet »,
elle voudrait travailler son image avant le lancement de la cryptomonnaie de Facebook prévu pour janvier 2021

En juin 2019, Facebook a lancé officiellement Libra, une cryptomonnaie censée permettre d'acheter des biens ou d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané. En s'attaquant au domaine des cryptomonnaies, Facebook s'est lancé un défi de taille, tant il fait lui-même l'objet d'une grave crise de confiance après une série de scandales autour de sa gestion des données personnelles.

Libra était présentée comme une cryptomonnaie libérée des États, des banques centrales et du système financier traditionnel. Une monnaie universelle et décentralisée, portée par le plus grand réseau social au monde, soutenue par de grands acteurs du paiement (PayPal, Visa, MasterCard…), accessible — aussi — à ceux qui n'ont pas accès aux banques.

Il est convenu que la monnaie sera gérée par la Libra Association, une fondation sans but lucratif dont Facebook ne sera qu'une des organisations cofondatrices.

La Libra Association est une association indépendante à but non lucratif composée au départ de 28 membres et basée à Genève, en Suisse. Elle supervisera les décisions majeures concernant la cryptomonnaie. Les membres fondateurs incluent Mastercard Inc (MA.N), Visa Inc (VN), Spotify Technology SA (SPOT.N), PayPal Holdings Inc (PYPL.O), eBay Inc (EBAY.O), Uber Technologies Inc (UBER.N). et Vodafone Group Plc (VOD.L), ainsi que les sociétés de capital-risque Andreessen Horowitz et Thrive Capital. Il faut investir au minimum 10 millions de dollars, à l'exception des membres à but non lucratif tels que le groupe d'inclusion financière Kiva. L'association vise à avoir 100 membres par lancement. Chacun aura un vote sur des questions importantes. Facebook sera membre via Calibra, une filiale nouvellement créée qui offrira un portefeuille numérique pour Libra.

Seulement, les obstacles se font de plus en plus haut ; dans le sillage des scandales éclaboussant Facebook, des craintes des régulateurs qui ont exigé des garanties sur la provenance des fonds, la stabilité financière ou la protection des données personnelles, certains membres quittent le navire. En effet, sept des membres les plus importants du projet Libra, dont PayPal, Stripe, Visa, eBay et Mastercard, se sont retirés du projet au fur et à mesure des déclarations des régulateurs financiers de nombreux pays.

Le bout du tunnel semble de plus en plus loin pour Facebook et la date de lancement s'éloigne de plus en plus des prévisions de départ.


Comme une éclaircie, le Financial Times a rapporté fin novembre que la cryptomonnaie de Facebook devrait être lancée en janvier 2021, mais dans une version limitée pour commencer (elle ne devrait donc être accepté que par un nombre restreint de partenaires parmi lesquels Uber et Spotify en tant que membre de l'association). Ce sera une stablecoin adossée au dollar (1 Libra dollar vaudra 1 dollar). Il ne manquerait plus, en réalité, que l'accord de la Swiss Financial Market Supervisory Authority (le siège de la Libra Association étant installé à Genève), pour que la cryptomonnaie puisse être opérationnelle.

Le groupe américain veut lancer ensuite les autres déclinaisons de sa monnaie adossées aux grandes monnaies comme l'euro, yen ou livre sterling. Il couvrira ainsi tous les grands marchés. Il avait renoncé à son projet initial ambitieux d'avoir une seule crypto adossée à un panier de devises (euro, dollar, yen…).

Nouveau départ pour la Libra Association ?

Le timing de l'annonce peut ressembler à un soupir de soulagement et à un désir de prouver au public que l'association voudrait s'éloigner le plus possible du regard de suspicion porté à Facebook quant à son entrée dans cette industrie. La Libra a décidé de changer son nom de baptême.

Dans un billet de blog, elle avance :

« L'Association Libra annonce l'adoption d'un nouveau nom et le recrutement de cadres clés, renforçant son indépendance organisationnelle. Passant maintenant au nom "Diem", qui marque un nouveau jour pour le projet, l'Association Diem continuera à poursuivre une mission de construction d'un système de paiement sûr, sécurisé et conforme qui autonomise les personnes et les entreprises du monde entier. L’Association s’est attachée à faire en sorte que le projet soit conçu pour répondre aux attentes réglementaires, conformément aux principes directeurs de l’Association en matière d’innovation, d’inclusion et d’intégrité ».

« Le projet Diem fournira une plateforme simple pour que l’innovation fintech prospère et permette aux consommateurs et aux entreprises de mener des transactions instantanées, peu coûteuses et hautement sécurisées », a déclaré Stuart Levey, PDG de Diem Association. « Nous nous engageons à le faire de manière à promouvoir l'inclusion financière - en élargissant l'accès à ceux qui en ont le plus besoin et en protégeant simultanément l'intégrité du système financier en dissuadant et en détectant les comportements illicites. Nous sommes ravis de présenter Diem - un nouveau nom qui marque la maturité et l'indépendance croissantes du projet ».

Dans le cadre des efforts visant à obtenir l'approbation réglementaire et à progresser vers le lancement, Diem a récemment attiré un groupe de professionnels de classe mondiale pour aider à diriger l'Association et Diem Networks, la filiale qui est l'opérateur du système de paiement réglementé. Cela comprend la nomination de Dahlia Malkhi en tant que chef de la technologie de l’association, Christy Clark en tant que chef de cabinet, Steve Bunnell en tant que chef des affaires juridiques et Kiran Raj en tant que vice-président exécutif pour la croissance et l’innovation et avocat général adjoint.

En outre, Diem Networks a récemment annoncé la nomination de James Emmett en tant que directeur général, Sterling Daines, en tant que chef de la conformité, Ian Jenkins en tant que directeur financier et des risques, et Saumya Bhavsar en tant que directeur juridique. « Il s'agit d'un groupe exceptionnel de cadres et la mise en place du Comité exécutif de Diem Networks aux côtés des dirigeants et collègues existants est une étape cruciale pour que Diem fonctionne avec une autonomie appropriée », a déclaré Levey.

Avec l'équipe désormais en place, l'Association Diem donne la priorité à la préparation technologique et opérationnelle pour le lancement. « L'évolution du projet résulte d'un engagement continu constructif avec les gouvernements, les régulateurs et d'autres parties prenantes clés », a déclaré Levey. Il existe un consensus croissant dans le monde entier sur la nécessité de moderniser l'infrastructure financière et les cadres réglementaires pour répondre aux demandes changeantes des consommateurs et suivre le rythme de l'innovation mondiale dans les paiements numériques. L'Association s'est engagée à ne procéder qu'après avoir reçu l'approbation réglementaire, y compris une licence de systèmes de paiement pour la filiale opérationnelle de l'Association de la FINMA. Le processus d'autorisation est en cours et la filiale opérationnelle de l'Association entretient un dialogue actif et productif avec la FINMA.


Un changement de nom qui fait suite au changement du nom de la filiale de Facebook

Ce n’est plus Calibra qui sera propriétaire du wallet, la compagnie ayant subi un procès pour contrefaçon de marque avec son logo trop similaire à Current. Le 26 mai 2020, Facebook a annoncé que Calibra devenait Novi :

« Aujourd'hui, nous sommes ravis de présenter Novi, le nouveau nom et la nouvelle marque du portefeuille numérique qui aideront les gens à envoyer et à conserver des devises numériques Libra. Bien que nous ayons changé le nom de Calibra, nous n’avons pas changé notre engagement à long terme à aider les gens du monde entier à accéder à des services financiers abordables. Que vous envoyiez de l'argent à la maison pour soutenir les membres de votre famille qui vous ont soutenu ou que vous receviez de l'argent de vos amis, où qu'ils se trouvent, le portefeuille Novi fera que l'argent fonctionne mieux pour tout le monde.

« Novi a été inspiré par les mots latins "novus" pour "nouveau" et "via" pour "chemin". C’est une nouvelle façon d’envoyer de l’argent, et la nouvelle identité visuelle et le design de Novi représentent le mouvement fluide des monnaies numériques. Nous avons également inclus un clin d'œil à l'icône Libra dans le logo de la marque pour souligner notre engagement envers le réseau Libra.

« Avec Novi, envoyer de l'argent sera aussi simple que d'envoyer un message. Vous pourrez utiliser Novi en tant qu'application autonome, ainsi que dans Messenger et WhatsApp. Il n'y aura pas de frais cachés pour ajouter, envoyer, recevoir ou retirer de l'argent et vos transferts arriveront instantanément. Tous les clients Novi seront vérifiés à l'aide d'une pièce d'identité émise par le gouvernement et des protections contre la fraude seront intégrées dans toute l'application. Et, chaque fois que vous en avez besoin, vous aurez accès 24h / 24 et 7j / 7 à notre équipe d'assistance et de service client par chat.

« Notre espoir est de présenter une première version de Novi lorsque le réseau Libra sera disponible. Nous allons le déployer dans un premier ensemble de pays, avec des fonctionnalités qui rendront les transferts d'argent transfrontaliers instantanés, sécurisés et sans frais cachés ».

Source : Diem, Facebook (Novi)

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de cette décision ?
5  1 
Avatar de Axel Lecomte
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 04/03/2020 à 15:07
Libra : Facebook révise ses plans pour lancer sa cryptomonnaie
malgré les critiques qui s'abattent sur la société depuis le lancement du projet

Le projet de monnaie numérique de Facebook ne cesse de rencontrer des obstacles. Le dernier en date : l'annonce faite par la société américaine indiquant que Libra ne sera pas, pour l'instant, disponible sur ses propres services, suite aux pressions des régulateurs.

Toutefois, Facebook ne veut pas abandonner son objectif de lancer la nouvelle monnaie numérique. Et en attendant, il cherche des solutions pour atteindre ce but dans le cadre d'un examen réglementaire.

En effet, si le site The Information a révélé, après s'être entretenu avec « trois personnes connaissant bien le sujet », que Facebook envisagerait pour l'instant de proposer des versions numériques de monnaies soutenues par les gouvernements comme l'euro ou le dollar, Dante Disparte, responsable du projet, a rapidement réagi dans une déclaration relayée par la BBC, en affirmant que Facebook « reste pleinement engagé dans le projet ».

Dante Disparte ajoute également que « la Libra Association n'a pas modifié son objectif de construire un réseau de paiement mondial conforme à la réglementation, et les principes de conception de base qui soutiennent cet objectif n'ont pas été modifiés ni le potentiel de ce réseau pour favoriser l'innovation future ».


Lancé en juin 2019, le projet a suscité des critiques de toute part. Juste un mois après, c'est Donald Trump qui a par exemple annoncé son opposition à Libra. « Si Facebook et d'autres entreprises veulent devenir une banque, elles doivent rechercher une nouvelle charte bancaire et être soumises à toutes les réglementations bancaires, à l'instar des autres banques, nationales et internationales », a alors affirmé le président américain sur Twitter.

D'ailleurs, le président de la réserve fédérale des États-Unis (FED), Jerome Powell, avait demandé en juillet dernier à Facebook de suspendre le projet en attendant la dissipation des inquiétudes des régulateurs du marché financier. « Libra soulève de nombreuses et sérieuses préoccupations en ce qui concerne la protection de la vie privée, le blanchiment d'argent, la protection des consommateurs et la stabilité financière », a-t-il affirmé.

Si au début, le projet avait regroupé 28 organisations, Mastercard a été la première à se retirer, le 4 octobre dernier, suivie par cinq autres le 11 octobre (Visa, Mastercard, Stripe, Ebay et Mercado Pago), Booking holdings le 14 octobre et récemment Vodafone le 23 janvier.

Le 24 octobre, face aux élus américains de la commission parlementaire des services financiers, Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook avait déclaré : « la Libra Association est séparée de Facebook. Si je vois que nous n'arrivons pas à continuer en accord avec les principes que j'établis, alors Facebook se retirera du projet ».

En Europe, Bruno Le Maire, ministre français de l'économie avait notamment annoncé le 18 octobre dernier que la France, l'Italie et l'Allemagne sont en train de mettre au point plusieurs mesures afin d'interdire la Libra dans le Vieux Continent. « Nous n'accepterons pas qu'une entreprise multinationale privée ait la même puissance monétaire que les États souverains qui sont soumis au contrôle démocratique, car la grande différence entre Facebook et les États, c'est que nous sommes soumis au contrôle démocratique, c'est-à-dire au contrôle du peuple », a-t-il avancé.

Sources : The Information, BBC

Et vous ?

Est-ce que Libra pourrait voir le jour d'après vous ? Si oui, comment ?

Voir aussi :

MasterCard a quitté Libra en raison de ses préoccupations concernant la conformité, la monétisation et l'ingérence de Facebook dans les transactions, déclare Ajay Banga, PDG de MasterCard
Libra : Facebook renonce à sa vision ambitieuse sur la cryptomonnaie, suite aux pressions des régulateurs
Le président de la FED appelle Facebook à suspendre le projet Libra jusqu'à ce que les inquiétudes des régulateurs du marché financier se dissipent
Les Européens veulent interdire Libra, la monnaie numérique de Facebook, la monétaire ne devrait pas être aux mains d'une multinationale privée comme Facebook, d'après Bruno Le Maire
Cryptomonnaies : Trump s'en prend au Bitcoin et à la Libra de Facebook,
3  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/10/2019 à 16:06
De toute façon c'est pas gagné, les USA et l'Europe sont contre, et c'est pas le moment de faire le malin pour Zuckerberg, Facebook est sous le coup d'une enquête antitrust aux USA, et plusieurs politiques US veulent clairement démanteler son empire.
2  0 
Avatar de spyserver
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/10/2019 à 16:14
Ok pour le danger de Libra qui revient à faire un système centralisé mais le fait de l'interdire par des lois va empêcher tout autre projet de crypto futur plus sain (comme open libra par ex) et cela va laisser un boulevard aux banques qui vont s'en frotter les mains car elles sont déjà fragilisées par les taux bas mais avec l'avènement d'une cryptomonnaie mondiale, ça n'arrange aucun des acteurs historiques (les banques, les plateformes de paiement VISA,Mastercard et cie) et ça enfonce encore plus le clou, mais par contre en principe nous les utilisateurs on est gagnant si le système est ouvert.
2  0 
Avatar de Voyvode
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 28/12/2019 à 23:34
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Mais ne soyons pas dramatique car si nous vivions dans un tels monde es ce que se serait pire pour nous ? par sur... les dirigeants sont déjà plus ou moins esclave des grands groupes et en France on vote déjà des lois liberticide comme la loi Avia récemment alors...
Bah voyons, entre se faire pousser dans le trou ou y sauter de soi-même, quelle différence ?

La grosse différence entre un homme politique et un homme d'affaires, c'est que l'homme politique est chargé d'une mission d'État, alors que l'homme d'affaires s'occupe d'abord d'un profit personnel. Bien sûr, cette distinction n'est pas aussi nette dans la réalité (elle est même largement bafouée) mais ce n'est pas une raison pour s'en débarasser. L'intérêt collectif et l'intérêt personnel sont deux choses différentes, même s'ils sont entremêlés.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Au final entre voter pour un président ou un PDG quel différence aujourd'hui ?
D'un côté, tu votes parce que tu es citoyen. C'est un droit, et il est le même pour tous.
De l'autre côté, tu votes parce que tu es actionnaire. C'est une richesse, et plus tu es un gros actionnaire, plus tu es favorisé.

Confondre les deux, c'est faire un grand bond en arrière.
2  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 29/12/2019 à 9:57
Citation Envoyé par defZero Voir le message
Si tu vote uniquement parce que tu est citoyen et que c'est ton droit, tu a loupé l'essentiel il me semble.
Nos ancêtre ne ce sont pas battus pour le droit de vote, mais pour avoir voix au chapitre sur les décisions concernant leurs vie (justice, tout ça).
Le vote n'est qu'un moyen qui leur à était imposé par les bourgeois (1789) pour canaliser leurs envies de reprendre leurs vie en main.
C'est historiquement faux : le vote a été introduit comme un vrai pouvoir, c'est d'ailleurs pour ça qu'il a été longtemps censitaire pour le réserver aux bourgeois.

Citation Envoyé par defZero Voir le message
Dans les fait ce que tu dépeins chez les actionnaires, ce retrouve en politique, puisque celui qui a le plus de ressources (argent, soutient, ...etc) finit toujours par gagner (pour la 5eme Rep. en tous cas).
Donc, confondre les deux, c'est avoir une vision plutôt réaliste je trouve puisque les comportements sont les mêmes.
C'est pas parce qu'on arrive a trouver des points communs que c'est la même chose, avec de telles simplifications on ne va pas bien loin niveau raisonnement.
2  0 
Avatar de Voyvode
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/12/2019 à 19:51
Citation Envoyé par defZero Voir le message
Je regrette, mais dans les faits je constate l'exacte opposé de ce que tu décrit.
Ce que j'observe c'est que ce sont :
- les actionnaires qui votent pour élire le DG (dont le rôle est de satisfaire les actionnaire, pas son bon vouloir)
- les citoyens qui votent pour élire les politiques (dont le rôle est de satisfaire leurs électorats et donc pas le bien commun, ce qu'il ne font jamais).
Du coup t'as logique semble partir d'un bon sentiment, mais ce n'est et n'as jamais était la réalité.
Tu as manifestement mal lu mon commentaire.
  1. À quel moment ai-je dit que ce principe était strictement respecté ? J'y ai même mis une grosse réserve.
  2. Concernant l'homme d'affaires, j'ai parlé d’un profit personnel, pas de son profit personnel. Ça peut être le sien ou celui de quelqu'un d'autre.
  3. Concernant l'homme politique, j'ai parlé de mission d'État. On peut évidemment espérer que ce soit pour un intérêt collectif (plus ou moins bien respecté) puisque c'est l'essence même de l'État.
  4. Évidemment qu'il doit chercher à satisfaire son électorat s'il est élu, puisqu'il a voté pour lui et qu'il est majoritaire. C'est l'inverse qui n'est pas normal, et c'est ce qui arrive le plus souvent.

Sur ce dernier point, un système de scrutin bancal et l'inéquité des moyens pour faire campagne vont évidemment corrompre le résultat et permettre à un Macron d'être élu plus par rejet des autres candidats que par adhésion. Ce genre de faiblesse met à mal l'intérêt de la distinction entre la politique et les affaires.

Cela signifie-t-il pour autant qu'on ne verrait aucune différence en se débarrassant de cette distinction ? Pour vivre dans une entreprise-État ? Une république corporatiste de Call to Power ? Une colonie Morgan Industries d'Alpha Centauri ? (J'ai envie d'y rejouer, du coup. )

Citation Envoyé par defZero Voir le message
Si tu vote uniquement parce que tu est citoyen et que c'est ton droit, tu a loupé l'essentiel il me semble.
Nos ancêtre ne ce sont pas battus pour le droit de vote, mais pour avoir voix au chapitre sur les décisions concernant leurs vie (justice, tout ça).
Le vote n'est qu'un moyen qui leur à était imposé par les bourgeois (1789) pour canaliser leurs envies de reprendre leurs vie en main.
On peut refaire l'histoire du vote si tu veux, mais ça n'annule pas ce que j'affirme. On va prendre ça dans l'autre sens :
  • Tu n'es pas citoyen français, tu n'as pas le droit de voter en France. (Entre autres droits, évidemment.)
  • Tu n'es pas actionnaire, tu n'as pas le droit de voter dans la société.
    Dans ce cas, on pourrait même dire que moins tu es actionnaire, moins tu as le droit de vote.

Présenté comme ça, faire fi de la distinction entre la politique et les affaires ne te pose pas de problème ?

J'ai bien compris que tu constates qu'il y a des (grosses) fuites entre les deux mondes. Faut-il pour autant détruire la digue comme calvaire le suggère ? Sans se dire un seul instant qu'on pourrait concevoir quelque chose de mieux ?

Citation Envoyé par defZero Voir le message
Dans les fait ce que tu dépeins chez les actionnaires, ce retrouve en politique, puisque celui qui a le plus de ressources (argent, soutient, ...etc) finit toujours par gagner (pour la 5eme Rep. en tous cas).
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
sur le principe dans un monde idéal je suis d'accord, dans la réalité ce que tu dis est faux.
En France beaucoup d'homme de haut fonctionnaire exerce ce travail pour du profit personnel... je parle pas de leurs salaire mais des petites magouilles que l'on découvre chaque jours.
Pour reprendre ce que dit Uther, comparaison n'est pas raison. C'est vrai que les plus riches ont un gros avantage en politique. C'est également vrai que la Ve République est mal conçue pour empêcher les hommes politiques de faire carrière par intérêt personnel. Les gros élus et les gros cadres en politique ont des salaires très au-dessus du SMIC et beaucoup d'avantages qui leur permettent de faire fructifier leur patrimoine et de se maintenir au pouvoir.

Mais la concentration des richesses que vous constatez en politique est pire dans le milieu des affaires. Quand les Le Pen et les Balkany comptent en millions, Arnault et Dassault comptent en milliards.

Citation Envoyé par defZero Voir le message
Mais ce moyen est par nature très limitant puisqu'il consiste à donner les clé du château au taulier que l'on a présélectionné pour nous.
Pouvoir aussi révoquer un élu serait effectivement beaucoup mieux. Le vrai pouvoir, ce n'est pas seulement accorder un mandat, c'est aussi pouvoir le reprendre.
En revanche, ce défaut n'est pas inhérent au droit de vote. Ce sont les droits et les modalités des élections qui posent problème, pas le vote en lui-même.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Donc en 2020 désolé d’être aussi triste mais je ne vois plus trop de différence entre un président et un pdg, entre un pays et une entreprise.
Ce n'est pas parce que tu ne vois pas la différence avec une entreprise-État (imaginaire) qu'il n'y en a pas.
Tu as vraiment l'impression que le citoyen n'est plus qu'un client de l'État ?
2  0