Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google ne paiera pas les éditeurs de presse en France pour l'affichage des extraits de leurs contenus,
Mais il ne les fera plus apparaître dans ses résultats sans leur accord

Le , par Stan Adkens

49PARTAGES

15  0 
Malgré l'application en France de la nouvelle réforme européenne du droit d'auteur censée faire obligation aux plateformes en ligne et autres agrégateurs de rémunérer la reprise des contenus des éditeurs et agences de presse, Google ne payera pas ces derniers pour l’affichage d’extraits de leurs articles, photos et vidéos en Hexagone. Mais la plateforme ne reprendra plus ces contenus sans leur accord, a annoncé ce mercredi un responsable de l’entreprise. Cette décision n’a pas eu l’assentiment du gouvernement, qui a jugé la position du géant de l’Internet inadmissible et promis de chercher une solution avec ses homologues européens.

La joie des éditeurs de presses a été de courte durée. Google a douché ce mercredi leurs espoirs de toucher des revenus de la part du moteur de recherche pour la reprise de leurs contenus, sous forme de courts extraits dans les résultats de recherche. Le géant américain du numérique a annoncé de nouvelles règles qui s'appliqueront le mois prochain en France, en application de la nouvelle directive du droit d’auteur en France. La France est le premier pays membre de l'UE à appliquer cette directive, adoptée fin mars.


En effet, cette loi instaure notamment un « droit voisin » au profit des éditeurs de presse et agences de presse. Cette mesure est censée les aider à se faire rémunérer pour la reprise de leurs contenus par les plateformes en ligne et autres agrégateurs, en compensant ainsi l'effondrement de leurs recettes publicitaires traditionnelles au profit des géants de l’Internet, comme Facebook et Google.

Cette directive avait fait l'objet d'une intense bataille de lobbying à Bruxelles, avec une mobilisation sans précédent des GAFA, qui avaient notamment argué qu'elle réduirait la liberté d'expression sur Internet. En effet, selon la loi, la reproduction de plus que de « simples mots ou de très courts extraits » de reportages nécessite une licence. Cela couvre probablement bon nombre des extraits couramment affichés aux côtés des liens afin de donner aux lecteurs une idée de ce à quoi ils aboutissent.

Et tous les services d’agrégations de nouvelles sont concernés par la loi, y compris les services fournis par des grandes plateformes en ligne, des particuliers, des petites entreprises ou des organisations à but non lucratif, ce qui inclut probablement des blogs ou des sites Web monétisés. Ces derniers devront acheter de manière préventive ces licences auprès des éditeurs de presse.

Une myriade de politiciens et d'entreprises de l'UE avaient exprimé leurs préoccupations concernant certaines parties de la réforme, y compris de grands acteurs de l’Internet comme Google. En février, Google avait présenté son opposition à la loi et appelé à un correctif avant qu’il ne soit trop tard. Google avait mis principalement en garde contre les articles 11 et 13, qui selon lui pourraient avoir des effets catastrophiques sur l'économie créative en Europe en empêchant les téléchargements des utilisateurs et le partage d’actualités.

Concernant l’article 11 de la loi, Kent Walker, premier vice-président des affaires mondiales chez Google avait déclaré : « Nous réitérons notre engagement à soutenir un journalisme de haute qualité. Cependant, le débat récent montre qu’il existe une incompréhension fondamentale de la valeur des titres et des extraits, ces très brefs aperçus de ce que quelqu'un trouvera lorsqu'il clique sur un lien. Réduire la longueur des extraits à quelques mots ou extraits courts compliquera la tâche des consommateurs en matière de découverte de contenu d'actualité et réduira le trafic global des éditeurs d'actualités ».

Les nouvelles règles de Google pour la France qui dérangent le gouvernement

En application de la réforme européenne du droit d’auteur, Richard Gingras, vice-président de Google en charge de l'information, a présenté mercredi les nouvelles règles de l’entreprise à la presse. À partir du mois prochain, les éditeurs de presse basés en Europe devront désormais décider individuellement si, en France, des extraits de leurs infos (textes, vidéos...), ou "snippets", et autres images miniatures (ou "thumbnails") continueront d'apparaître à côté des liens renvoyant vers leurs sites. Ceci est valable tant pour les résultats de recherche que pour Google Actualités.

Les éditeurs qui accepteront, ces extraits s'afficheront sans qu'ils soient rémunérés par Google. Dans ce cas, ils pourront notifier à Google qu'ils souhaitent continuer d'afficher des extraits de texte, en spécifiant même le nombre de caractères autorisés, et des images miniatures. Ils pourront aussi définir pour quels contenus ils autorisent Google à fournir ainsi plus d'information à l'internaute – au risque qu'il ne s'estime suffisamment informé et ne clique pas sur le lien – privant ainsi le média de revenus publicitaires ou d'opportunités d'abonnement.

Pour les éditeurs de presse qui ne le souhaiteront pas, ne verront plus désormais les extraits de leurs articles et autres mini-images s'afficher dans les résultats du moteur de recherche, qui n'incluront dans ce cas qu'un titre et un lien vers les informations des éditeurs concernés. Mais le leader de la publicité en ligne a assuré que les actualités de ces médias continueront bien à être référencées, même si ces éditeurs de presse risquent de voir le trafic vers leurs sites diminuer voire chuter. Google avait prévenu en février dernier que les sites d'informations risquent de perdre 45 % de leur trafic si l'UE ratifiait sa réforme du droit d'auteur.

Le géant américain du numérique a également assuré que ses nouvelles règles sont dans l'intérêt des internautes, empêchant que les résultats de recherche soient faussés par des considérations commerciales. « Nous n'avons jamais payé pour inclure des résultats dans les recherches et nous ne payons pas pour inclure des liens dans les résultats », car « cela saperait la confiance de nos utilisateurs », a assuré Richard Gingras.

Cependant, Franck Riester, le ministre français de la Culture, a jugé ces nouvelles règles de Google « inacceptables », et va chercher une solution avec ses homologues européens. L'instauration d'un droit voisin doit « permettre un juste partage de la valeur produite, au bénéfice des plateformes, par les contenus de presse. (...) La proposition de Google n’est évidemment pas acceptable », a déclaré le ministre dans un communiqué.

Google n'a pas brandi la menace d'une fermeture totale de Google Actualités (la version française de Google News), mais la décision de ne pas rémunérer l’affichage des extraits de contenus passe difficilement chez les éditeurs, qui voient ainsi se réduire les espoirs de retombées liées au droit voisin. Toutefois, Google continuera d’apporter du trafic à leurs sites.

Source : Google

Et vous ?

Quels commentaires faites-vous des nouvelles règles de Google ?
Que pensez-vous de la réaction du ministre de la Culture ?
Pensez-vous que les autres géants du numérique rejoindront Google sur sa proposition ?

Lire aussi

Google prévient que les sites d'informations risquent de perdre 45% de leur trafic, si l'UE ratifie sa réforme du droit d'auteur
YouTube et ses utilisateurs sont menacés par la nouvelle directive de l'UE sur le droit d'auteur. Quels impacts pour les utilisateurs européens ?
Le Parlement européen dit oui à la directive sur le droit d'auteur, un jour sombre pour les libertés numériques, selon une eurodéputée
Directive du droit d'auteur : la Pologne a déposé une plainte devant le plus haut tribunal de l'UE, pour demander une modification de la réglementation au nom de la liberté d'expression
Copyright : l'UE sur le point de finaliser une machine de censure et sa taxe sur les liens Internet, que contiennent ses dernières propositions ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de tomlev
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 26/09/2019 à 10:33
Le gouvernement a appelé mercredi à « une véritable négociation globale » entre Google et les agences et éditeurs de presse, jugeant « pas admissible » que le géant américain tente d’échapper aux dispositions de la nouvelle loi française sur les droits d’auteur en modifiant l’affichage des contenus d’actualité.
En quoi ce n'est "pas admissible" ? On demande à Google de payer pour afficher le contenu des articles, il décide de ne pas l'afficher et donc de ne pas payer. Je ne vois pas où est le problème.
19  0 
Avatar de defZero
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/09/2019 à 22:28
[LOL]Dans leurs gueules, à tous ces journaux rentier et re-pompeur de contenu [/LOL]
Non, plus sérieusement, loin de moi l'idée de défendre Google de façon générale, mais il faut avoué que sur ce coup là Google à raison.
On leurs demandes de payer pour utiliser de cours extraits et des miniatures.
Google dit ok donc on va arrêter d'utiliser de cours extraits et des miniatures et la dessus le ministre Français et les "ayant droit" viennent ce plaindre qu'il ne vont pas recevoir de rentes .
Je sais pas ce qu'ils fument ces gens mais à mon avis c'est pas légale .
16  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 04/10/2019 à 10:23
L'Autorité de la concurrence ouvre une enquête « exploratoire »
pour déterminer si les nouvelles politiques de Google visant à ne pas rémunérer les éditeurs sont anticoncurrentielles

Publiée fin juillet et transposant une directive européenne, la loi française créant « un droit voisin au profit des agences de presse et des éditeurs de presse » impose à l’ensemble des plateformes, réseaux sociaux et autres sites internet de verser une rémunération juste aux médias dont ils utilisent les articles et dont ils tirent d’importants revenus.

Néanmoins, Google a décidé de ne pas procéder au paiement pour l’affichage d’extraits d'articles, photos et vidéos en Hexagone. En fait, la plateforme ne reprendra plus ces contenus sans l'accord des agences de presse et éditeurs de presse. Dans un billet de blog, le vice-président de Google en charge de Google Actualités, Richard Gingras, a expliqué les changements à venir sur la plateforme :

« Fin octobre entrera en vigueur la nouvelle loi française sur le droit d’auteur qui accorde davantage de droits aux éditeurs de presse présents sur internet. Cette loi est la première transposition de la directive européenne sur le droit d’auteur, qui fut adoptée il y a quelques mois. Suite à cela, nous allons procéder à des changements dans la manière dont les résultats d’actualités apparaîtront dans notre moteur de recherche. Si vous êtes en France, vous verrez que certains résultats apparaîtront différemment.

« À l'heure actuelle, lorsque nous affichons les résultats de recherches liées à l’actualité, vous voyez un titre, dont le lien renvoie directement vers le site d’information concerné. Dans certains cas, nous proposons également un aperçu de l’article, par exemple quelques lignes de texte ou une petite image appelée "vignette ". Ces titres et aperçus vous aident à décider si le résultat correspond à votre recherche et si vous souhaitez cliquer dessus.

« Lorsque la loi française entrera en vigueur, nous n’afficherons plus d’aperçu du contenu en France pour les éditeurs de presse européens, sauf si l’éditeur a fait les démarches pour nous indiquer que c’est son souhait. Ce sera le cas pour les résultats des recherches effectuées à partir de tous les services de Google.

« Les éditeurs ont toujours eu la possibilité de choisir s’ils voulaient ou non que leurs contenus soient accessibles via le moteur de recherche de Google ou sur Google Actualités. Nous venons de mettre en place des réglages plus granulaires pour les webmasters grâce auxquels les éditeurs peuvent indiquer la quantité d’information qu’ils souhaitent voir apparaître sous forme d’aperçu dans les résultats de la recherche. Les éditeurs du monde entier peuvent ainsi utiliser ces nouveaux réglages afin de choisir le type d’aperçu le mieux adapté pour attirer les internautes vers leur site ».


L'Autorité de la concurrence décide de lancer une enquête «exploratoire»

Fin septembre, le gouvernement a appelé à « une véritable négociation globale » entre Google et les agences et éditeurs de presse, jugeant « pas admissible » que le géant américain tente d’échapper aux dispositions de la nouvelle loi française sur les droits d’auteur en modifiant l’affichage des contenus d’actualité.

Le ministre de la Culture Franck Riester, qui a reçu le vice-président de Google en charge de Google Actualités, Richard Gingras, a salué l’intention du géant américain de renforcer le contrôle des éditeurs sur le référencement de leurs contenus. « C’est un premier pas qui montre que la consécration d’un droit voisin permet de rééquilibrer le rapport de force », a-t-il souligné dans un communiqué.

Il a en revanche jugé que la position de Google sur la rémunération n’était « évidemment pas acceptable », puisque l’objectif politique des textes français et européen est de « permettre un juste partage de la valeur produite, au bénéfice des plateformes, par les contenus de presse ». « La définition unilatérale des règles du jeu est contraire à la fois à l’esprit de la directive et à son texte », déclare le ministre dans son communiqué, en précisant qu’il compte aborder « très prochainement » le sujet avec ses homologues européens afin de « remédier à cette situation ».

Cette fois-ci, c'est l'Autorité de la Concurrence qui a décidé de lancer une enquête «exploratoire» sur les nouvelles règles que va appliquer Google pour la présentation des contenus de la presse française dans son moteur de recherche. Jeudi, dans une déclaration d'un représentant de l'Autorité qui a été rapportée par l'AFP, elle a déclaré : « l'Autorité a décidé d'ouvrir, de sa propre initiative, une enquête exploratoire à la suite des annonces faites par Google sur la façon dont il envisage de mettre en oeuvre les droits voisins ».

Dans les pratiques de l'Autorité, la procédure « exploratoire » permet de recueillir des informations auprès des parties. Il est question ici de déterminer si l’idée que Google déploie de nouvelles règles pour éviter de rémunérer les éditeurs et agences de presse peut constituer une pratique anticoncurrentielle. Il ne s'agit donc pas en l'état d'une procédure contentieuse, qui pourra être lancée ensuite si les informations recueillies le justifient.

Source : AFP

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Les politiques de Google visant à ne pas rémunérer les éditeurs sont-elles anticoncurrentielles ? Dans quelle mesure ?

Voir aussi :

Google lance un nouveau service appelé « Google Play Pass », qui donne aux utilisateurs d'Android un accès à plus de 350 jeux et applications pour 4,99 $ par mois
Le « droit à l'oubli » ne s'applique que dans l'UE, tranche la Cour de justice de l'Union européenne après plusieurs années de lutte opposant la CNIL à Google
Google aurait mené la première véritable expérience qui établit la suprématie quantique, avec un système qui résout en 3 min un calcul dont la résolution prendrait 10 000 ans sur un supercalculateur
Google va investir des sommes record dans les énergies renouvelables, selon une annonce qui est intervenue juste avant la grève mondiale du climat
16  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 25/10/2019 à 12:41
Droit voisin : la presse française s'attaque à Google devant l'Autorité à la concurrence,
espérant forcer le moteur de recherche à proposer une offre tarifaire pour la reprise des contenus

Publiée fin juillet et transposant une directive européenne, la loi française créant « un droit voisin au profit des agences de presse et des éditeurs de presse » impose à l’ensemble des plateformes, réseaux sociaux et autres sites internet de verser une rémunération juste aux médias dont ils utilisent les articles et dont ils tirent d’importants revenus.

Néanmoins, Google a décidé de ne pas procéder au paiement pour l’affichage d’extraits d'articles, photos et vidéos en Hexagone. En fait, la plateforme ne reprendra plus ces contenus sans l'accord des agences de presse et éditeurs de presse. Dans un billet de blog, le vice-président de Google en charge de Google Actualités, Richard Gingras, a expliqué les changements à venir sur la plateforme :

« Fin octobre entrera en vigueur la nouvelle loi française sur le droit d’auteur qui accorde davantage de droits aux éditeurs de presse présents sur internet. Cette loi est la première transposition de la directive européenne sur le droit d’auteur, qui fut adoptée il y a quelques mois. Suite à cela, nous allons procéder à des changements dans la manière dont les résultats d’actualités apparaîtront dans notre moteur de recherche. Si vous êtes en France, vous verrez que certains résultats apparaîtront différemment.


« À l'heure actuelle, lorsque nous affichons les résultats de recherches liées à l’actualité, vous voyez un titre, dont le lien renvoie directement vers le site d’information concerné. Dans certains cas, nous proposons également un aperçu de l’article, par exemple quelques lignes de texte ou une petite image appelée "vignette ". Ces titres et aperçus vous aident à décider si le résultat correspond à votre recherche et si vous souhaitez cliquer dessus.

« Lorsque la loi française entrera en vigueur, nous n’afficherons plus d’aperçu du contenu en France pour les éditeurs de presse européens, sauf si l’éditeur a fait les démarches pour nous indiquer que c’est son souhait. Ce sera le cas pour les résultats des recherches effectuées à partir de tous les services de Google.

« Les éditeurs ont toujours eu la possibilité de choisir s’ils voulaient ou non que leurs contenus soient accessibles via le moteur de recherche de Google ou sur Google Actualités. Nous venons de mettre en place des réglages plus granulaires pour les webmasters grâce auxquels les éditeurs peuvent indiquer la quantité d’information qu’ils souhaitent voir apparaître sous forme d’aperçu dans les résultats de la recherche. Les éditeurs du monde entier peuvent ainsi utiliser ces nouveaux réglages afin de choisir le type d’aperçu le mieux adapté pour attirer les internautes vers leur site ».

La plateforme américaine estime qu'elle rend service aux publications en leur apportant une audience plus élevée, et ce, via un service gratuit pour les éditeurs. À l'inverse, ces derniers estiment que Google, ainsi que toutes les plateformes qui partagent leur contenu, ne partagent pas suffisamment la richesse créée.

Les mécontentements se multiplient

Fin septembre, le gouvernement a appelé à « une véritable négociation globale » entre Google et les agences et éditeurs de presse, jugeant « pas admissible » que le géant américain tente d’échapper aux dispositions de la nouvelle loi française sur les droits d’auteur en modifiant l’affichage des contenus d’actualité.

Le ministre de la Culture Franck Riester, qui a reçu le vice-président de Google en charge de Google Actualités, Richard Gingras, a salué l’intention du géant américain de renforcer le contrôle des éditeurs sur le référencement de leurs contenus. « C’est un premier pas qui montre que la consécration d’un droit voisin permet de rééquilibrer le rapport de force », a-t-il souligné dans un communiqué.

Il a en revanche jugé que la position de Google sur la rémunération n’était « évidemment pas acceptable », puisque l’objectif politique des textes français et européen est de « permettre un juste partage de la valeur produite, au bénéfice des plateformes, par les contenus de presse ». « La définition unilatérale des règles du jeu est contraire à la fois à l’esprit de la directive et à son texte », déclare le ministre dans son communiqué, en précisant qu’il compte aborder « très prochainement » le sujet avec ses homologues européens afin de « remédier à cette situation ».


Début octobre, c'est l'Autorité de la Concurrence qui a décidé de lancer une enquête «exploratoire» sur les nouvelles règles que va appliquer Google pour la présentation des contenus de la presse française dans son moteur de recherche. Jeudi, dans une déclaration d'un représentant de l'Autorité qui a été rapportée par l'AFP, elle a déclaré : « l'Autorité a décidé d'ouvrir, de sa propre initiative, une enquête exploratoire à la suite des annonces faites par Google sur la façon dont il envisage de mettre en oeuvre les droits voisins ».

Dans les pratiques de l'Autorité, la procédure « exploratoire » permet de recueillir des informations auprès des parties. Il est question ici de déterminer si l’idée que Google déploie de nouvelles règles pour éviter de rémunérer les éditeurs et agences de presse peut constituer une pratique anticoncurrentielle. Il ne s'agit donc pas en l'état d'une procédure contentieuse, qui pourra être lancée ensuite si les informations recueillies le justifient.

La presse française entre dans le bain

Dans un communiqué publié le 24 octobre, le ministère de la Culture demande aux plateformes et aux réseaux sociaux comme aux éditeurs et agences de presse de poursuivre les négociations pour aboutir, collectivement, à des accords permettant une mise en œuvre pleine et effective de la loi. Le prochain Conseil européen des ministres de la Culture, qui aura lieu à Bruxelles le 21 novembre, permettra de dresser un premier bilan de l’état des négociations avec l’ensemble des partenaires européens qui sont directement concernés.

L'Alliance de la presse d’information générale (APIG) a annoncé, jeudi 24 octobre, qu'elle va déposer une plainte auprès de l’Autorité de la concurrence la semaine prochaine pour dénoncer un abus de position dominante du leader mondial de la recherche en ligne, espérant ainsi forcer Google à négocier le droit voisin. Il faut dire que cette association n'est pas la seule à prendre cette initiative : le Syndicat des éditeurs de la presse magazine (SEPM) veut faire de même, tout comme la Fédération nationale de la presse d'information spécialisée (FNPS).

Notons que le 24 octobre est le jour où aurait dû entrer en vigueur ce nouveau droit, car la France est le premier pays européen à avoir transcrit la directive dans son droit national, après un vote du Parlement français en juillet.


Les plaignants demandent à l’Autorité de la concurrence de prendre des « mesures conservatoires » : ordonner à Google de proposer une offre tarifaire pour la reprise des contenus, désigner un expert de l’Autorité sous l’égide duquel la négociation se mènera, fixer un délai de négociation de trois mois et imposer que le prix s’applique de façon rétroactive à partir du 24 octobre, date d’entrée en vigueur de la loi.

« Quelle que soit la solution que nous choisissons, il n'y en a aucune où Google nous verse quelque chose », ironisait Marc Feuillée, directeur général du groupe Figaro, également présent ce jeudi. L'entreprise américaine demande aux éditeurs de renoncer à une rémunération s'ils souhaitent que leurs contenus demeurent visibles sur le moteur de recherche (titre, chapeau, photo, extrait vidéo). Aucun grand média n'a refusé, de peur de voir son audience s'effondrer ; s'ils l'avaient fait, leur contenu est réduit à la portion congrue : un lien et un titre, pas plus.

Jean-Michel Baylet, président de l'APIG, a estimé que : « Ce combat nous dépasse. La France va être un cas d'école, car elle est le premier pays à appliquer la directive. Nous n'avions pas d'autre choix que d'accepter les nouvelles conditions imposées par Google, car nous assurons d'abord la stabilité de nos audiences. Mais nous avons décidé de saisir l'Autorité de la concurrence [qui a ouvert une enquête exploratoire, préalable à une autosaisine] : les plaintes seront déposées la semaine prochaine, notamment pour abus de position dominante ».


Pierre Louette, PDG du groupe Les Échos, estime qu'en dix ans, la presse a perdu 50% de son revenu publicitaire tandis que Google et Facebook ont acquis une position dominante : « La révolution numérique a aussi entraîné une baisse du nombre de lecteurs qui achetaient leur journal en kiosque. Parallèlement, Google et Facebook perçoivent aujourd'hui 90% des recettes publicitaires pour le mobile en France. Google représente aussi 90% des recherches effectuées sur internet. On peut parler d'une privatisation du marché de la publicité numérique et d'une privatisation de la recherche sur internet. On utilise parfois le terme de 'multinationale' mais ces entreprises se considèrent en fait comme des supranationales et se placent au-dessus de la souveraineté des États ».

Invité du journal de 12h30 de France Culture le 24 octobre, le député Modem Patrick Mignola (rapporteur en France de la loi qui a instauré le droit voisin) déclarait aussi :

« Le rapport de force se joue maintenant. C’est à la puissance publique, en l'occurrence au ministère de la Culture de convoquer l'ensemble des parties en présence. C'est la première initiative qu'il faudra prendre avant d'autres, comme la saisine des instances européenne. Je crois aussi qu'il faudra que l’on soit en capacité de démonter les trusts. Parce qu'aujourd'hui Google et les GAFA se permettent de s'affranchir de la loi parce qu’ils sont en situation de surpuissance. (...) C'est à nous d'organiser un système de sanction, exactement comme nous l'avions fait sur les impôts quand ils décidaient de ne pas en payer. (...) On a Google qui est en abus de situation dominante, qui dit qu’il est prêt à reconnaître qu'il existe un droit voisin c'est-à-dire une utilisation du travail qui est fait par les journalistes sur internet si et seulement si la presse et les journalistes renoncer exercice le droit. C'est un peu comme si un chef d'entreprise reconnaissait que vous avez droit à congés payés si et seulement si vous ne prenez pas de vacances, voire que vous avez droit à un salaire si et seulement si vous renoncez à le toucher ».

Quand Facebook se propose de discuter avec les éditeurs de presse pour créer un espace dédié aux actualités

Facebook a donné son point de vue sur le droit voisin. Jesper Doub, Directeur des Partenariats News, Europe, Moyen-Orient et Afrique, a déclaré dans un communiqué :

« La loi du 24 juillet 2019 tendant à créer un droit voisin au profit des agences de presse et des éditeurs de presse – qui a transposé l’article 15 de la Directive européenne sur le droit d’auteur et les droits voisins – entre en vigueur le 24 octobre 2019. Les dispositions de cette loi prévoient notamment l’autorisation des éditeurs de presse pour afficher sur les plateformes en ligne, dans un format enrichi, les liens vers leurs contenus.

« C’est déjà le cas sur Facebook. Les éditeurs de presse décident en effet de la publication de leurs contenus sur notre plateforme. Nous allons ainsi continuer d’afficher leurs contenus dans un format enrichi, en y incluant les images, les titres, les extraits et autres champs qu’ils publient via leur flux RSS. Une très petite part des contenus sur notre plateforme est cependant publiée par des utilisateurs, et ce sans avoir reçu le consentement des éditeurs de presse. Aussi, si ces derniers souhaitent que les liens publiés par les utilisateurs s’affichent dans un format enrichi sur Facebook, ils auront la possibilité de nous donner leur accord et de nous informer de leur volonté que ces liens soient affichés dans un format enrichi.


« Dans l’esprit de l’article 15, nous souhaitons créer toujours plus de valeur pour les contenus des éditeurs de presse. Ainsi, nous engageons des discussions avec les éditeurs français pour mettre en place sur Facebook un espace dédié où les utilisateurs français pourront consulter des contenus des éditeurs. Nous voulons soutenir un journalisme de qualité, et croyons qu’un nouvel espace dédié aux actualités donnera aux utilisateurs français accès à des sources plus fiables, et les amènera à découvrir de nouveaux médias, élargissant ainsi l’audience des contenus de nos partenaires. Nos discussions avec les éditeurs français pour définir ce à quoi ressemblerait la meilleure expérience en la matière et comment nous pourrions rémunérer nos partenaires de façon appropriée, sont déjà en cours et se poursuivront au-delà du 24 octobre ».

Le réseau social annonce un nouvel onglet réservé aux contenus de médias de qualité, qui seront rémunérés par la plateforme. Cette initiative est réservée aux États-Unis, mais le réseau social dit « engager des discussions avec les éditeurs français ». « Cela revient au principe de payer pour du contenu. L’attitude de Facebook est différente de celle de Google », estimait jeudi Marc Feuillée, directeur général du Figaro. Tout en mettant en garde : « Le partenariat de Facebook aux États-Unis exclut certains éditeurs et il ne vaut pas mise en conformité avec le droit voisin. Nous sommes ouverts à la discussion, mais il y a une loi ».

Sources : Facebook, ministère de la Culture, Pierre Louette, journal de 12h30

Et vous ?

Que pensez-vous de cette stratégie ?
15  0 
Avatar de bk417
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 25/10/2019 à 14:07
Ils sont gonflés d'inverser les choses.
Ils admettent que Google leur apporte de l'audience mais veulent en plus qu'il les paye, énorme !

Comme si les kiosques devaient payer pour pouvoir vendre des journaux.
Comme si Allociné devait payer pour pouvoir lister les films au cinéma.
Comme si le guide Michelin devait payer les restaurants dont il fait la promotion.
Comme si Autoplus devait payer les constructeurs automobile pour pouvoir parler de leurs voitures.
15  1 
Avatar de Cpt Anderson
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/10/2019 à 15:27
Non seulement Google emmène du trafic sur les sites internet de ces médias (de propagandes) mais en plus il faut quand même souligner que 95% des articles de presses sont de simples reprises de l'AFP.
12  1 
Avatar de Fab le Fou
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 26/09/2019 à 10:53
Pour une fois, je soutiens Google, et plus généralement le droit de faire un lien vers une source externe, sans risquer d'être inquiété.

D'ailleurs dans le cas inverse et en toute logique, il faudrait généraliser aux autres résultats des moteurs de recherche, agrégateurs, etc.

Le plus ridicule est que ces mêmes médias qui refusent d'être gratuitement visibles sur GG News passent leurs journées à donner gratis leurs articles à FB & co et incitent leurs lecteurs à partager leurs contenus sur les réseaux sociaux...
10  1 
Avatar de tatayo
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/09/2019 à 10:59
Le jour où une autoroute gratuite deviendra payante, ils s'insurgeront contre les automobilistes qui décideront de ne plus l'emprunter, et qui prendront la nationale.

Tatayo.
10  1 
Avatar de Médinoc
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 25/10/2019 à 14:19
Adblock est venu en réponse aux abus. Et Adblock Plus, que j'utilise, a toujours sa politique de "publicités non-intrusives" pour les sites qui n'abusent pas.

Côté Article 11, on dirait que les politiques et éditeurs de presse ne comprennent pas qu'ils exigent de Google le beurre et l'argent du beurre: "Montrez-nous au monde, mais payez-nous pour ça!"
La réaction de Google "S'il faut payer pour vous afficher, on a une solution très simple, ne plus le faire" est parfaitement légitime.
9  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/09/2019 à 12:30
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Il a en revanche jugé que la position de Google sur la rémunération n’était « évidemment pas acceptable », puisque l’objectif politique des textes français et européen est de « permettre un juste partage de la valeur produite, au bénéfice des plateformes, par les contenus de presse ». « La définition unilatérale des règles du jeu est contraire à la fois à l’esprit de la directive et à son texte », déclare le ministre dans son communiqué, en précisant qu’il compte aborder « très prochainement » le sujet avec ses homologues européens afin de « remédier à cette situation ».
Il compte faire quoi ? S'il veut mettre en place des lois obligeant Google à payer les journaux en ligne pour afficher des liens vers leurs articles, le service va juste fermer. Et les journaux seront encore plus emm...

Faudrait qu'ils descendent de leur tour d'ivoire, un peu...
8  0